Le directeur de l’école Desjardins André Bélisle, le président de la CSRS Gilles Normand, le député de St-François Guy Hardy et les directeurs adjoints du Centre 24-Juin Éric Arsenault, Patrick Lessard et Éric Marceaux ont annoncé un investissement de 4,25 M$.

École Desjardins : six nouvelles classes au coût de 4,25 M$

L’école primaire Desjardins aura six nouvelles classes avec un agrandissement d’une valeur de 4,25 M$, somme versée par le gouvernement du Québec. Par le fait même, 2 M$ seront accordés au centre de formation professionnelle 24— Juin pour un projet d’étude visant l’agrandissement et le réaménagement de l’établissement.

Le député de Saint-François Guy Hardy a annoncé, mercredi en conférence de presse, l’important investissement pour l’école Desjardins.

L’ajout totalisera une superficie de 850 mètres carrés. « Il permettra non seulement d’ajouter six nouvelles classes, mais aussi un service de garde, une classe-ressource et des services administratifs », explique Gilles Normand, président de la Commission scolaire de la Région-de-Sherbrooke (CSRS). Il précise aussi l’ouverture d’une classe de maternelle quatre ans.

Cette annonce vient répondre au manque d’espace flagrant de l’école primaire, qui compte accueillir 350 nouveaux élèves dans le secteur d’ici cinq ans. « On accueille l’investissement avec grande joie. Actuellement on est très contingentés, on fait les cours de musique dans le local de bibliothèque, le cours d’anglais se déplace d’une classe à l’autre, on a été obligés de faire des transferts d’élèves », exprime le directeur de l’établissement André Belisle.

L’échéancier pour les travaux n’a pas encore été dévoilé.

L’agrandissement permet également d’intégrer le projet « Maison de quartier ». La construction d’une passerelle reliant les futures voisines, l’école Desjardins et la Maison de quartier, est comprise dans les investissements.

« Ça concrétise le travail qu’on a fait depuis 4 ans. C’est un début de collaboration », mentionne Denise Godboult, présidente du projet.

La maison servira de lieu communautaire pour les citoyens du quartier Jardins-Fleuris.

Le centre de formation professionnelle aura son étude d’opportunité, qui mènera à un projet concret de réaménagement. La prise en charge du dossier devenait pressante, les directeurs adjoints ne voulaient pas que l’état des lieux nuise à la formation des élèves. « L’agrandissement nous permettrait de rapatrier les programmes en un seul endroit et former des élèves avec les dernières technologies que l’on retrouve sur le marché du travail », explique le directeur adjoint du secteur industriel, Éric Arseneault.

« Notre espace était déficitaire de tout près de 20 000 mètres carrés. On a des métiers dans lesquels on manque vraiment d’espace, soit en lien avec les nouvelles technologies, soit en lien avec les révisions de programmes qui sont en cours », ajoute le directeur. Le réaménagement permettra de réaliser de nouveaux projets, tels que la création de deux programmes, en santé et en construction.

Guy Hardy reconnait que le marché du travail est de plus en plus compétitif et spécialisé. « Cette étude permettra de bien cibler ce qui peut être fait pour le centre qui permet une intégration harmonieuse au marché du travail à ses finissants », commente-t-il.