À la mi-octobre, le candidat à la mairie Steve Lussier rapportait avoir lancé des démarches auprès d'investisseurs privés afin de consacrer plus de 700 000 $ pour du capital de risque.

Du capital de risque géré dans les règles de l'art, assure Lussier

Steve Lussier, candidat à la mairie, rejette les inquiétudes du citoyen Abdel Jalil Azzane concernant le fonds de capital de risque qu’il a promis de mettre sur pied. À M. Azzane, qui rapportait dans nos pages mercredi n’avoir trouvé aucun permis délivré par l’Autorité des marchés financiers (AMF) permettant à M. Lussier de faire de tels placements, l’aspirant maire réplique qu’il connaît les règles.

« Cette personne-là aurait dû me téléphoner avant de produire cet article-là. Je proviens du milieu bancaire. Je suis tout à fait au courant des règles. Je n’ai pas créé le fonds directement. J’ai invité les gens à se joindre à un fonds qui serait géré par des institutions bancaires. Cette personne-là n’a pas à s’en faire. Ce sera géré dans les règles de l’art. Il a mal compris comment c’était ficelé. Je pense qu’il voulait juste avoir de la publicité », a commenté Steve Lussier.

Dans une lettre publiée dans le Carrefour des lecteurs de La Tribune, Abdel Jalil Azzane invitait M. Lussier à s’assurer d’être en conformité avec la réglementation de l’AMF.

À la mi-octobre, le candidat à la mairie rapportait avoir lancé des démarches auprès d’investisseurs privés afin de consacrer plus de 700 000 $ pour du capital de risque pour supporter le développement des entreprises.

« Il peut dormir tranquille. Tout ce que je veux, c’est de rendre ma ville prospère, et ça commence par créer des choses. Les institutions bancaires font affaire avec l’AMF, alors je n’ai pas à m’en faire. L’argent n’est pas dans mon compte. Il sera déposé dans un fonds géré par une institution bancaire. Ensuite, on regardera avec tous les intervenants où nous pourrons le déposer pour différents projets. », commente encore M. Lussier.

Pourquoi ne pas avoir constitué un fonds dès maintenant pour s’élever au-dessus de tout soupçon? « J’attendais d’être en poste le 6 novembre pour le faire. Je vais mandater des gens pour le gérer. Je m’en vais à la mairie. Je n’aurai pas le temps de gérer ce fonds-là. On va simplement aider des organismes supplémentaires à avoir d’autres fonds. »