Don de 500 000$ de Transat au Devoir

La couverture internationale du quotidien Le Devoir prendra un nouvel envol grâce au voyagiste Transat.

Le grossiste en tourisme a annoncé mardi à Montréal, l’octroi d’un don de 500 000 $ au Devoir afin d’assurer une plus grande couverture internationale. Le don s’échelonne sur cinq ans, à raison de 100 000 $ par année et sera versé dans le nouveau Fonds de journalisme international Transat — Le Devoir.

«J’ai envie d’ouvrir les pages de mon journal papier et d’y lire des articles rédigés par des journalistes d’ici qui expliquent ce qui se passe ailleurs et qui font du sens avec notre réalité d’ici», a déclaré le président et chef de la direction de Transat, Jean-Marc Eustache.

«Pour faire mieux, il faut être bien informés et sans source crédible d’information, on ne va nulle part.»

Un «ami» du Devoir

L’homme d’affaires était déjà un des «Amis du Devoir», l’organisme à but non lucratif qui soutient la mission du quotidien, mais il voulait en faire davantage et pas seulement parce qu’il aime ce quotidien : «Le Devoir, ou tout organe de presse, n’est pas une entreprise comme les autres. Les médias sont un rempart essentiel pour protéger la démocratie».

«J’espère seulement que vos paroles vont résonner, quand vous parlez de l’importance de soutenir la presse», a répondu le directeur du Devoir, Brian Myles, tout en assurant avec fermeté que Transat n’avait «aucun droit de regard et la liberté et l’indépendance éditoriale sont totales».

Selon lui, le Fonds va permettre au Devoir «de réaliser de 70 à 100 reportages exclusifs par année et ça va se faire dans les règles de l’art journalistique».