Depuis le début de la crise, plusieurs organismes d’aide aux consommateurs, tels que les Associations coopératives d’économie familiale (ACEF), ont dressé une liste des mesures qu’il est possible de mettre en place pour composer avec la situation qu’entraîne notamment une mise à pied.

Difficultés financières : des arrangements toujours possibles

À l’anxiété que peut provoquer la menace du coronavirus, s’ajoute pour plusieurs l’inquiétude de ne pas pouvoir faire face à leurs obligations financières. Or, il existe des façons d’y parvenir.

Depuis le début de la crise, plusieurs organismes d’aide aux consommateurs, tels que les Associations coopératives d’économie familiale (ACEF), ont dressé une liste des mesures qu’il est possible de mettre en place pour composer avec la situation qu’entraîne notamment une mise à pied.

L’une des mesures de base, si ce n’est déjà fait, est de se faire un budget, recommande fortement Tanya Brodeur, conseillère à l’ACEF Montérégie-Est.

« Le conseil est de base, mais une fois assis avec toutes vos informations et les dépenses que vous envisagez de faire dans les prochaines semaines, une partie des problèmes peuvent se régler », souligne Mme Brodeur qui rappelle que plusieurs modèles de budget peuvent être téléchargés en ligne.

Une fois son budget établi, il faut penser à ses besoins essentiels, à commencer par le garde-manger. « Regardez ce que vous avez déjà avant de vous ruer vers les épiceries, dit-elle. Faites une liste raisonnable et tenez-vous-en à l’essentiel. »

Pour les travailleurs et travailleuses mis en chômage, plusieurs mesures gouvernementales ont été annoncées au cours des derniers jours afin d’amoindrir le choc des mises à pied massives survenues dans plusieurs entreprises. Restez informés, dit Mme Brodeur, car d’autres mesures sont à venir au cours des prochaines semaines.

Selon la conseillère budgétaire, d’ici à ce que les mesures gouvernementales soient mises en place, il ne faut pas hésiter à prendre arrangement avec ses fournisseurs.

Certaines compagnies et institutions financières ont déjà annoncé des mesures d’assouplissement. C’est le cas des fournisseurs en télécommunications pour les services Internet et de téléphonie cellulaire. Idem pour les prêts personnels et hypothécaires.

Mercredi, les six grandes banques canadiennes et Desjardins ont en effet annoncé qu’elles seront plus flexibles envers les travailleurs touchés par une baisse de revenu en raison de la COVID-19. Selon les cas, il sera possible de reporter certains paiements, y compris les paiements hypothécaires, pouvant aller jusqu’à 6 mois. 

« Ce qui est important actuellement, c’est que les gens se concentrent sur l’essentiel, c’est-à-dire de se nourrir et de se loger. Si on a des problèmes à arriver, on n’hésite pas à appeler nos créanciers ou nos fournisseurs et à prendre arrangements avec eux. »