Alexandre Hurtubise est le président de l’Association des gens d’affaires du centre-ville de Sherbrooke.

Deux appuis pour Well inc.

L’Association des gens d’affaires du centre-ville de Sherbrooke (AGACVS) et la Chambre de commerce de Sherbrooke ont réitéré leur appui au projet Well inc., mercredi, en acheminant des communiqués indépendants faisant valoir leur point de vue. Non seulement la reconstruction du stationnement de la rue du Dépôt est essentielle, plaident-ils, mais une revitalisation du secteur Wellington Sud est plus que bienvenue.

« Plusieurs débats ont lieu sur la place publique et dans les médias [... et] nous constatons que le débat s’éloigne parfois du bien-fondé du projet en lui-même et de la volonté de faire de Sherbrooke une ville tournée vers son avenir », plaide le président de l’AGACVS, Alexandre Hurtubise, dans un communiqué.

Lire aussi: Lussier n’acceptera rien d’autre que la rentabilité

Bergeron rabroue Avard et Tremblay

Cette sortie publique n’était pas commandée par des instances politiques, assure M. Hurtubise, et ne révèle pas une crainte accrue que Well inc. soit abandonné. « L’idée, c’est de replacer le débat. On débat sur un projet avant qu’il ait été présenté. Des gens vont signer le registre parce qu’ils n’ont pas aimé la maquette qui a été présentée en fin d’année alors que l’emprunt vise la reconstruction d’un stationnement. »

Sauf que plusieurs citoyens s’interrogent sur le nombre de cases que doit compter ledit stationnement. Le chiffre avancé mardi faisait état de 820 cases, dont 300 pour les besoins municipaux, 300 pour les employés de SherWeb, 160 pour les employés du Quartier général et 60 pour les locataires du village vertical. « Se poser la question sur le nombre de places, c’est sain, mais il est évident qu’il en faut plus que maintenant parce qu’on construit pour plusieurs dizaines d’années. Nous sommes pour le transport durable, mais les visiteurs d’affaires et les touristes se déplacent principalement en voiture. Si on ne veut pas que le stationnement soit un irritant plus tard, il faut le considérer maintenant. »

Alexandre Hurtubise croit que les estimations ont été réalisées par des spécialistes.

L’AGACVS fait valoir que la reconstruction du stationnement tel quel coûterait 10 M$. « Veut-on payer 10 M$ pour reconstruire le stationnement tel quel ou investir 10 M$ supplémentaires pour permettre de doubler la valeur foncière du secteur Wellington Sud? Peut-on se permettre de ne pas faire preuve de vision pour Sherbrooke. »

M. Hurtubise croit que « l’impulsion donnée par la Ville l’année dernière était nécessaire voire vitale pour relancer le secteur Wellington Sud ».

Quant aux revenus que pourrait générer le nouveau stationnement, à la Ville de Sherbrooke, on mentionne ne pas avoir les chiffres à portée de main et qu’ils feront partie des renseignements disponibles mardi prochain. On sait à tout le moins qu’un permis annuel de stationnement à la Ville de Sherbrooke coûte 420 $ et que la nouvelle structure aurait une durée de vie de 75 ans.

Alexandre Hurtubise croit que les investissements au centre-ville profiteront à l’ensemble du territoire sherbrookois. « Un centre-ville dynamique permet d’avoir une ville en santé. »

L’AGACVS a déposé une demande officielle à la mairie pour siéger au comité de revitalisation du centre-ville que Steve Lussier doit annoncer lundi.


« Peut-on se permettre de ne pas faire preuve de vision pour Sherbrooke.  »
Alexandre Hurtubise, président de l’AGACVS

« Une pierre angulaire »

À la Chambre de commerce de Sherbrooke, Claude Denis n’est pas inquiet pour la réalisation du projet, mais juge qu’il est « important que les appuis se fassent valoir ».

« Nous avons eu des rencontres d’information sur le projet et nous y croyons encore. Il faut voir le projet de façon globale. Juste l’investissement du consortium, c’est 45 M$. C’est une pierre angulaire. Il y aura des petits qui vont suivre. Ce sera une nouvelle économie, avec des nouvelles technologies qui sont dirigées vers le centre-ville plutôt que les parcs industriels. »

La Chambre de commerce de Sherbrooke a elle aussi adressé une demande au maire de Sherbrooke pour faire partie du comité de revitalisation du centre-ville.

« Well inc. sera un bon endroit pour avoir des sièges sociaux. Ce sera une belle vigueur pour le centre-ville. Je souhaite vraiment que ça fonctionne. »

Claude Denis est le président de la Chambre de commerce de Sherbrooke.