En mai, la Ville indiquait que Bitfarms s’exposait à des poursuites judiciaires si elle ne parvenait pas à contenir les bruits sur son terrain.
En mai, la Ville indiquait que Bitfarms s’exposait à des poursuites judiciaires si elle ne parvenait pas à contenir les bruits sur son terrain.

Des retards dans les travaux de Bitfarms

Jonathan Custeau
Jonathan Custeau
La Tribune
Bitfarms n’aura pas terminé la deuxième phase de ses travaux pour atténuer le bruit de son usine de la rue de la Pointe pour le 3 juillet, tel qu’entendu à l’origine avec la Ville de Sherbrooke. Si les travaux de construction de murs coupe-son vont bon train, l’entreprise cite les canicules et les difficultés à obtenir certains matériaux pour expliquer son retard.

Marc Duchesne, directeur des communications pour Bitfarms, avance la date du 13 juillet pour la fin des travaux convenus avec la Ville en mai. « L’installation d’écrans acoustiques progresse très bien. Celui se trouvant devant la sortie d’air est terminé depuis quelques semaines. Nous devons en construire deux devant l’entrée d’air. Celui de droite sera bientôt terminé. L’échéancier du 3 juillet tenait compte des conditions météorologiques idéales et de la disponibilité des matériaux », explique-t-il. 

« Certaines journées ont été très chaudes et nous avons dû ralentir la construction pour la santé de nos employés. La livraison de certains matériaux, entre autres le revêtement de tôle, a pris plus de temps que prévu. Le plus important, c’est que nous constatons que les murs sont très efficaces. »

M. Duchesne rapporte qu’une étude sonore intérimaire confirme la performance des murs, mais qu’une étude officielle à 360 degrés sera réalisée, tel qu’entendu, à la mi-juillet, pour confirmer la performance « véridique » des installations. Selon le directeur des communications de Bitfarms, certains citoyens auraient déjà souligné une certaine amélioration.

Chez Bitfarms, aucuns autres travaux que ceux planifiés en mai ne sont à l’horaire pour le moment malgré le souhait manifesté par la Ville d’ajouter de nouvelles mesures d’atténuation. 

Au début juin, après une rencontre avec les citoyens, la Ville de Sherbrooke avait effectivement indiqué que selon elle, les travaux en cours ne suffiraient pas à assurer la quiétude des résidants du secteur. La Ville n’était toutefois pas en mesure de chiffrer ses attentes, en matière de décibels par exemple, puisque son règlement sur le bruit ne définit pas un nombre de décibels pour ce qui constitue une nuisance. 

Marc Duchesne se contente de dire que des discussions cordiales ont cours avec la Ville.

Au Service des communications de la Ville de Sherbrooke, on se contente d’une réponse laconique selon laquelle le sujet sera ramené au conseil municipal du 6 juillet et que les négociations pour des travaux supplémentaires feront l’objet d’une présentation aux élus. Le conseil décidera de la suite à donner au dossier, mais les études sonores sont toujours prévues pour la semaine du 13 juillet.

En mai, la Ville indiquait que Bitfarms s’exposait à des poursuites judiciaires si elle ne parvenait pas à contenir les bruits sur son terrain.