« On veut faire bouger les choses et refaire de North Hatley une destination de choix pour les touristes », affirme le maire réélu de North Hatley, Michael Page.

Des « résultats clairs » à North Hatley

Comme dans de nombreuses autres municipalités à travers le Québec, les électeurs se sont exprimés à North Hatley, dimanche, et le maire du village, Michael Page, estime qu’ils ont envoyé un message limpide à leurs dirigeants municipaux.

Tous les candidats qui faisaient équipe avec M. Page ont été réélus relativement facilement. « C’est vrai que nos opposants ont eu des appuis aussi, mais aucun d’eux n’a été élu. Je pense donc que les résultats sont clairs », lance M. Page, visiblement heureux de la tournure des événements.

Au conseil municipal, le maire sera entouré des conseillers municipaux Pauline Farrugia, Marcella Davis Gerrish, Guy Veillette, Elizabeth Fee, Claude Villeneuve et Alexandre-Nicolas Leblanc.

« Moi et les six conseillers choisis par la population, on ne pense pas tous de la même manière, assure Michael Page. Mais on veut faire bouger les choses et refaire de North Hatley une destination de choix pour les touristes. On souhaite du développement chez nous. Et il n’y a pas que le projet de Richard Laliberté, au centre du village, qui est important. »

N’empêche, M. Page profite de l’occasion pour souligner que le projet de M. Laliberté a évolué depuis la présentation des premières esquisses à la population. Le maire croit que sa nouvelle version plaira à davantage de gens.

« On était sur le point de présenter des choses à la population pour montrer dans quelle direction on se dirigeait, mais le gouvernement du Québec a émis un décret qui nous empêche d’aller de l’avant. On a alors décidé d’attendre avant de dévoiler ce qui est maintenant projeté. »

S’il se fait quelque peu cachotier, le maire de North Hatley révèle néanmoins que sa municipalité demandera au promoteur de construire des bâtiments de type LEED, une certification environnementale reconnue. Des demandes particulières en lien avec la récupération des eaux seront également adressées à l’homme d’affaires. « Les gens vont être agréablement surpris quand ils auront toute l’information », dit-il.

Et ce n’est pas tout, car Michael Page promet que le conseil municipal tiendra réellement compte de la consultation publique qui sera éventuellement organisée en lien avec le projet de Richard Laliberté.

Le dernier mot à Québec

Le maire de North Hatley concède toutefois que les décisions que prendra le gouvernement du Québec, en ce qui concerne le développement en zone inondable, auront une importance capitale.

« Pour l’instant, on ne sait pas ce que Québec trouvera acceptable pour les zones inondables. On est obligé d’attendre les décisions du gouvernement avant de statuer sur le projet », explique-t-il.

Rappelons que, à l’origine, M. Laliberté désirait réaliser un projet de construction de plus de 200 unités d’habitation à North Hatley. Les habitations en question devaient être construites au cœur du village, à l’intérieur d’une zone où surviennent régulièrement des inondations.