Les mois d’été, qui permettent souvent aux hôteliers d’engranger des revenus pour passer les mois plus difficiles, ne représentent pas une manne en cette période de reprise des activités.
Les mois d’été, qui permettent souvent aux hôteliers d’engranger des revenus pour passer les mois plus difficiles, ne représentent pas une manne en cette période de reprise des activités.

Des hôtels complets... à 50 % d’occupation

Jonathan Custeau
Jonathan Custeau
Les Coops de l'information
Article réservé aux abonnés
À l’aube des vacances de la construction, certains hôtels affichent complet pour plusieurs semaines. Leur taux d’occupation vacille pourtant entre 50 et 80 %. Le manque de main-d’œuvre, plus criant que jamais, les empêche de louer l’ensemble de leurs chambres. La situation est plus critique dans les centres urbains, où les touristes hésitent encore à se pointer.