Le système développé par Secure Exchanges permet à son expéditeur de contrôler à distance le niveau de sécurité rattaché à un courriel.

Des courriels plus sécuritaires

À l’heure où la confidentialité entourant les données personnelles sur le web défraie la manchette partout sur la planète, une jeune pousse (start up) de Drummondville vient de développer une technologie permettant d’envoyer et de recevoir des courriels, des textos ainsi que des documents confidentiels... sans laisser de traces.

Fondée il y a un an et demi, Secure Exchanges dit avoir mis au point le système de transmission de contenus « le plus efficace sur le marché ». Un système qui permet à son utilisateur d’assurer la sécurité des informations qu’il transmet, même une fois que celles-ci ont été déposées dans la boîte de réception de son destinataire, indique son président et fondateur Cédric Boivin.

« Lorsqu’on envoie un courriel d’un point A à un point B, celui-ci peut laisser des traces ou des informations, parfois confidentielles, à différentes étapes de la transmission, explique M. Boivin. Notre système assure la confidentialité et la sécurité du courriel, du point A au point B. »

Plus encore, le système développé par Secure Exchanges permet à son expéditeur de contrôler à distance le niveau de sécurité rattaché à un courriel. « Il permet, par exemple, de contrôler le nombre de fois qu’un document attaché peut être lu. On peut même l’effacer à distance », explique M. Boivin.

Autre particularité, Secure Exchanges permet également de transmettre des documents volumineux (jusqu’à 10 G) sans interruption ou retour à l’expéditeur. Cela peut représenter un intérêt, notamment dans le domaine médical, où la confidentialité et le volume des dossiers sont des enjeux importants, souligne M. Boivin.

Secure Exchanges vient de franchir une première phase de financement auprès d’Anges Québec et prévoit recourir à une deuxième phase de capitalisation au cours des prochains mois, compte tenu de l’intérêt entourant la sécurité des données transmises sur le web.

« Un des marchés qu’on vise à court terme est celui de l’Europe, explique Cédric Boivin. Plusieurs pays d’Europe viennent d’adopter de nouvelles normes concernant la sécurité des échanges sur le web et on entend bien en profiter », affirme le PDG de Secure Exchanges, qui prévoit procéder à du recrutement de personnel au cours des prochains mois.