Ouverte depuis un peu plus d’un mois, la brasserie 11 comtés a le vent dans les voiles. Jeunes comme vieux viennent y déguster les bières brassées sur place par Mathieu Garceau Tremblay (notre photo) et les mets du terroir cuisinés par le Cuisinier déchaîné Yannick Côté.

Départ canon pour la brasserie 11 comtés

Ouverte depuis un peu plus d’un mois, la brasserie 11 comtés attire déjà des foules impressionnantes. Les projets brassicoles inédits ainsi que les mets du Cuisiner déchaîné, offerts dans un environnement d’une rare beauté, contribuent aux succès de la jeune entreprise.

Malgré son jeune âge, la brasserie est rapidement en train de devenir un incontournable du Haut-Saint-François. Six sortes de bières en fût sont déjà offertes aux amateurs de produits brassicoles même si les équipements pour brasser en grande quantité n’arriveront que dans quelques semaines. 

« La demande est beaucoup plus élevée que ce à quoi on s’attendait après si peu de temps », confie d’emblée Émilie Fontaine, copropriétaire de 11 comtés. « On savait qu’il y avait une demande pour une brasserie qui n’était pas comblée dans la région, mais on ne croyait pas avoir un tel succès un mois après l’ouverture seulement. »

Les commentaires des visiteurs qui ont vécu l’expérience unique procurée par la brasserie sont unanimes. L’ambiance est chaleureuse et les produits servis sont de grande qualité, ce qui en fait une recette gagnante pour tous les types de gens. 

« Notre clientèle est vraiment diversifiée, de tous âges et de toutes provenances. On est très heureux de constater qu’environ 90 % des gens qui sont venus faire un tour à date viennent du Haut-Saint-François », remarque-t-elle. 

« Notre palette de dégustation est très populaire, les gens veulent goûter au plus de produits possible. Toutes les bières ont un nom en lien avec la région et il y a une histoire derrière chacune d’elles », poursuit la jeune femme d’affaires. 

La cuisine déchaînée

Le partenariat avec le Cuisinier déchaîné Yannick Côté est aussi un immense succès, ce qui explique en partie l’achalandage monstre à la brasserie depuis son ouverture. 

« Ce n’était pas un volet qu’on avait prévu dans le concept initial. Ça attire cependant énormément de gens, 130 repas ont été servis en une seule journée la semaine dernière », remarque Mme Fontaine. 

« On maintient une moyenne de 100 repas par jour jusqu’à maintenant, la popularité du Cuisinier déchaîné est indéniable. Le restaurant affiche souvent complet les jeudis, vendredis et samedis. De là l’importance de réserver! »

Des repas seront servis jusqu’à la mi-octobre, par souci d’offrir des produits frais du terroir. Les visiteurs sont cependant invités à amener leur propre nourriture sur place, comme dans les brasseries de la Nouvelle-Angleterre. 

Deux types de bières

La majorité des bières brassées chez 11 comtés sont destinées à bien descendre en gorge, sans trop sortir de l’ordinaire. Certaines sont cependant brassées pour faire vivre un sentiment lié à un évènement, comme en témoigne la bière Première Coupe. 

« On brasse des bières plus classiques, mais aussi des bières qui servent à capturer les sentiments ressentis pendant des moments déterminants », explique le chef brasseur Mathieu Garceau Tremblay, anciennement du Boquébière de Sherbrooke. « La Première Coupe est faite avec du foin de la région comme agent filtrant et des fleurs de toutes sortes. »

« Ça rappelle les odeurs associées à cette période de l’année. Il y a tellement d’agriculteurs, de producteurs et de champs dans la région que la majorité des gens ont des souvenirs associés à ce moment. On veut que la bière fasse ressortir ce feeling », ajoute-t-il. 

Dédié à faire ressortir le plein potentiel des champs du Haut-Saint-François, le chef brasseur demande aux gens de la région intéressés à participer à un projet stimulant de lui amener toutes sortes de fruits et de pousses retrouvées dans leurs champs ou sur leurs terrains. 

« On peut faire de la bière avec presque tout, que ce soit des plantes ou des petits fruits. Les producteurs qui ont trop de fruits, même s’ils ne sont pas en excellent état, peuvent nous les amener pour qu’on brasse de la bière avec. » 

« On a d’ailleurs conclu une entente avec la ferme Au Pré Bleu pour faire une bière aux framboises. À ce temps-ci de l’année, on aimerait tenter l’expérience avec des cerises », conclut M. Garceau Tremblay, qui invite même les gens à venir lui porter des pissenlits. Les amateurs de bières pourront passer dans trois semaines, au 225 rue Pope, pour faire remplir leurs cruchons et les ramener à la maison.