Michel Chornet

Décès du cofondateur: Enerkem reprend sa vitesse de croisière

La compagnie Enerkem a repris sa vitesse de croisière après le décès de son cofondateur Vincent Chornet, en juin.

On poursuit plus que jamais sa mission de produire des biocarburants et des produits chimiques verts à partir de déchets, assure le frère du défunt, Michel Chornet, premier vice-président, exécution des projets et exploitation des usines chez Enerkem.

À LIRE AUSSI: Un entrepreneur visionnaire s’éteint

On vise toujours un développement à l’international, répète-t-il, lors d’un entretien exclusif accordé à La Tribune.

« Vincent nous a laissé une compagnie dans de bonnes conditions, avec de bons partenaires », assure-t-il.

« Nos équipes d’employés sont uniques. L’entreprise est bien positionnée pour l’avenir. Il n’y aura pas de restructuration. »

Rappelons que Vincent Chornet est décédé, le 26 juin à l’âge de 45 ans, après un combat contre le cancer. Celui qui était décrit comme un visionnaire déterminé était aussi président du conseil d’administration d’Enerkem.

En 2000, Vincent Chornet cofondait Enerkem avec son père Esteban. Ce dernier est derrière la technologie permettant de produire des biocarburants et des produits chimiques renouvelables à partir de déchets alors que son fils a été le développeur qui est allé chercher des centaines de millions de dollars de financement pour concrétiser le projet et ainsi offrir une option à l’enfouissement ou l’incinération des matières résiduelles.

En juillet, le conseil d’administration d’Enerkem a annoncé la nomination de Dominique Boies au poste de chef de la direction et chef de la direction financière. M. Boies s’était joint à la société à titre de premier vice-président et chef de la direction financière en janvier 2017.

En janvier 2018, il a été nommé chef de la direction par intérim en plus de cumuler la fonction de chef de la direction financière en raison du retrait de Vincent Chornet, pour les problèmes de santé que l’on connaît.

M. Boies compte plus de 20 ans d’expérience en stratégie d’entreprise, en exploitation et en financement de sociétés. Avant de se joindre à Enerkem, M. Boies était premier vice-président et chef de la direction financière chez RONA. À ce titre, il a notamment dirigé le redressement de l’entreprise et la transaction qui a mené à l’acquisition de RONA par Lowe’s, évaluée à 3,2 milliards de dollars, indique la compagnie dans sa présentation.

Auparavant, il a occupé divers postes de haute direction à RBC Banque Royale ainsi qu’à la Caisse de dépôt et placement du Québec. M. Boies détient une maîtrise en finances de l’Université du Québec à Montréal (UQAM).

Dominique Boies

Retour de Joshua Ruch

Le conseil d’administration annonce également le retour de Joshua Ruch au poste de président du conseil. M. Ruch, qui était en place à ce titre depuis 2011, avait cédé sa place à Vincent Chornet au cours des derniers mois. Pendant cette période, il occupait la fonction de vice-président du conseil.

« Dominique Boies a travaillé avec Vincent quelques années, mais il apportera sa touche personnelle », reprend Michel Chornet.

« C’est un passionné, un gars qui a une vision claire du développement de la compagnie. »

Enerkem produit des biocarburants et des produits chimiques verts à partir de déchets. Sa technologie de rupture exclusive lui permet de transformer les matières résiduelles municipales non recyclables, non compostables en méthanol, en éthanol ainsi qu’en d’autres produits chimiques intermédiaires largement utilisés, explique Michel Chornet.

Enerkem, dont le siège social est à Montréal, exploite un centre d’innovation à Westbury en Estrie. Incluant des installations à Sherbrooke, une soixantaine d’employés travaillent pour la compagnie dans la région.

La haute direction leur a rendu visite récemment, à l’occasion d’une rencontre prévue dans un calendrier d’une tournée des sites de l’entreprise, dit-il.

« Nous avons le potentiel pour exporter notre technologie à travers le monde. Il y a une demande. On a juste à penser au problème du plastique dans les océans », souligne-t-il.

« Nous sommes complémentaires au recyclage. Notre technologie arrive après le recyclage. »