Renaud Collignon, chef cuisinier au Delta de Sherbrooke, travaille depuis des années avec le compostage et le recyclage inclus en cuisine.

Cure minceur pour le bar noir: dans la culture de l'entreprise

Pour le Delta de Sherbrooke, la conscience environnementale ne date pas d'hier. Le compostage y est instauré depuis 2004 et les initiatives écologiques n'ont jamais cessé de se succéder.

L'hôtel de Sherbrooke est la preuve qu'avec des employés bien conscientisés, il est possible d'instaurer une politique environnementale dans une entreprise d'envergure. Au Delta, environ 140 employés, dont une soixantaine à temps plein, respectent les lignes directrices instaurées par l'ancien chef cuisiner.

Lire aussi: Le bac noir en cure minceur

Et si on visait (presque) zéro déchet


« Le chef de l'époque, Pierre Bolduc, qui s'occupe maintenant de l'Écolo Boutique à Sherbrooke, a vraiment été un leader. Il a mis beaucoup d'efforts. Il a même amené les employés visiter des centres de tri pour les conscientiser », souligne Chantal Breault, directrice des finances et responsable du comité développement durable au Delta de Sherbrooke.

En cuisine, on retrouve ainsi des bacs pour chaque matière à plusieurs endroits stratégiques : compost, carton, plastique, conserves... tout a sa place. « On explique tous les principes lors de la formation de nouveaux employés en cuisine. Après, c'est une question d'habitude. Qu'on jette dans une poubelle ou l'autre, suffit d'y penser. Mais maintenant que c'est dans notre culture, tout est naturel », estime le chef actuel, Renaud Collignon.

Si se doter des installations de compostage et de recyclage est plus coûteux au début, l'investissement en vaut la chandelle. « Si on ne le mettait pas au compost ou au recyclage, notre volume de déchets serait plus élevé. On ferait plus de levées, donc en termes de coûts, ça reviendrait à peu près au même. »

Les conteneurs extérieurs sont tout aussi bien identifiés. Les huiles de friture sont également récupérées par une entreprise qui les transforme en biocarburant. Selon Mme Breault, la majorité des matières sont recyclées ou revalorisées.

Les gobelets de crème et de laits ont été remplacés par des contenants réutilisables tout comme pour les condiments. La réduction à la source fait aussi partie des stratégies adoptées par le Delta.

POTAGER ET BAZAR

Comme la gestion de matières résiduelles fonctionne bien, le comité de développement durable s'attarde à trouver d'autres moyens pour aussi optimiser la revalorisation et la réutilisation.

Cette année, les employés du Delta bénéficient d'un tout nouveau potager. Tous les légumes et fines herbes récoltés servent aux repas servis à la cafétéria du personnel. Betteraves, tomates, concombres, épinards et cerises de terre font partie de la récolte.

« Si notre récolte devient plus grande un jour, on aimerait aussi en donner au Free-Go », confie Mme Breault.

Un bazar ouvert aux employés et aux clients a permis à plusieurs objets de trouver une nouvelle vie alors, alors que les items restants ont été remis à des organismes communautaires de la région.

« Il ne faut pas tout faire en même temps mais y aller de façon graduelle. Par exemple, en s'assurant que le recyclage fonctionne bien puis, quand c'est bien établi et que les employés sont à l'aise, on peut aller à une étape de plus », conseille Chantal Breault aux entreprises qui souhaitent améliorer leurs pratiques.