Gilles Marcoux était en poste depuis 1999.

Commerce Sherbrooke congédie Gilles Marcoux

Le directeur général de Commerce Sherbrooke, Gilles Marcoux, a été démis de ses fonctions lundi soir par le conseil d’administration de l’organisme. Une décision prise avant les élections, fait valoir le vice-président de Commerce Sherbrooke, Daniel Chassé, mais qui a été officialisée en conseil d’administration du 7 novembre, deux jours après le scrutin.

« La décision était déjà prise, mais on ne voulait pas que ça vienne intervenir dans la campagne électorale, car ce n’est nullement un enjeu politique », fait valoir M. Chassé.

« Je n’entrerai pas dans les détails, mais c’est une question de ressources humaines qui nous a menés à prendre cette décision de ne pas prolonger le contrat de Gilles. Le timing peut sembler étrange, mais c’est un concours de circonstances. Ce n’est pas un ménage commandé par l’Hôtel de Ville », précise encore Daniel Chassé.

Embauché en 1999 à la tête de la Corporation de développement du centre-ville, devenue depuis Commerce Sherbrooke, Gilles Marcoux y assurait toujours la direction générale. Il y a un an, on lui avait aussi confié le mandat d’accompagner les projets privés et de développement du quartier Well inc.

Joint par téléphone, M. Marcoux a préféré ne pas commenter son renvoi.

Début de mandat « dans la tourmente »

Cette annonce concorde avec l’arrivée à la présidence de Commerce Sherbrooke de Rémi Demers, qui succède ainsi à Louisda Brochu.

« C’est un mandat qui débute dans la tourmente, mais à la lumière des informations au dossier, j’adhère à la décision du conseil d’administration, souligne Rémi Demers. Monsieur Marcoux a rendu de précieux services depuis des années et nous lui en sommes reconnaissants. Le reste, c’est de l’ordre des ressources humaines. »

Si Rémi Demers a eu quelques discussions déjà avec le maire Steve Lussier, il n’a pas été question de revoir à court terme la mission de Commerce Sherbrooke.

« Bien entendu, tout travail pour rendre les organisations plus efficientes est le bienvenu, et le paramunicipal ne fait pas exception, note Rémi Demers. Mais la mission de Commerce Sherbrooke n’est pas menacée. »

Les discussions sur la place que continuera d’occuper Well inc. dans la mission de Commerce Sherbrooke sont aussi à venir, précise Rémi Demers. « C’est clair que Commerce Sherbrooke doit avoir un rôle important dans ce dossier. Mais avant toutes choses, comme j’arrive en poste, il faut d’abord que je prenne contact avec le milieu, je veux les entendre. »

Le conseil d’administration de Commerce Sherbrooke doit par ailleurs se réunir la semaine prochaine en compagnie de son nouveau président. On y discutera entre autres du profil recherché pour la prochaine direction générale de l’organisme.

« On va décider du profil et voir si on va procéder par affichage ou avec un chasseur de têtes, précise Daniel Chassé. Il n’y a pas d’urgence non plus, on va laisser le temps aux nouveaux élus qui siègent avec nous de tomber dans leur siège et de se familiariser avec les dossiers. »