Martina Brown, au service a la clientèle et au support technique en compagnie de la ministe Marie-Claude Bibeau et du cofondateur et PDG de Classcraft Studios, Shawn Young

Classcraft studios à la conquête du monde

Classcraft Studios poursuivra son expansion internationale, grâce à des contributions annoncées par les gouvernements fédéral et provincial totalisant 437 900 $. L’entreprise sherbrookoise est derrière un logiciel ludique et éducatif utilisé dans environ 150 000 classes à travers le monde.

« Classcraft studios est un nom à retenir, a déclaré la députée de Compton-Stanstead et ministre du Développement international et de la Francophonie, Marie-Claude Bibeau. Le travail remarquable de l’équipe, de toute évidence, a porté fruit, puisque nous assistons aujourd’hui à son développement à l’international. »

Elle visitait les bureaux de l’entreprise vendredi pour partager l’apport d’une contribution remboursable de 400 000 $ de la part de Développement économique Canada pour les régions du Québec.

La veille, le ministre Luc Fortin annonçait, au nom de la ministre de l’Économie, de la Science et de l’Innovation du Québec, une contribution non remboursable de 37 900 $ à cette même entreprise pour soutenir son projet de développement au coût de 2 millions $.

« La survie de Classcraft dépend de l’exportation, puisque le marché québécois n’est pas assez grand pour soutenir une structure comme la nôtre », indique Shawn Young, président directeur général et cofondateur de Classcraft Studios.

Innover dans l’éducation 

L’entreprise sherbrookoise tente de bousculer le modèle de la classe traditionnelle en développant et en commercialisant un jeu de rôle informatisé, utilisé à des fins de motivations et de gestion des comportements dans les écoles.

Utilisé dans 75 pays, le logiciel recense actuellement une communauté de quatre millions élèves, qui ont tous pu choisir un personnage aux pouvoirs particuliers (guerrier, mage, guérisseur) et qui doivent aider leurs camarades afin de récolter des points. Ce logiciel cherche ainsi à favoriser les interactions, la participation et la collaboration en classe.

« La mission de Classcraft est de faire en sorte que l’école entière devienne un jeu », explique Shawn Young, qui a lui-même été enseignant pendant neuf ans au Salésien de Sherbrooke.

Faire grandir 

Cet argent aidera surtout Classcraft Studios à faire grandir son marché de l’autre côté de la frontière américaine, où les deux tiers de sa clientèle se situent déjà.

« C’est un enjeu de prendre de l’expansion à l’international en le faisant à partir d’une région urbaine qui n’est pas une métropole. C’est très important pour nous de montrer que c’est possible en région, pour favoriser le développement des régions et pour montrer qu’on peut compter sur nos partenaires locaux », affirme Shawn Young,

La ministre Bibeau se dit impressionnée de l’ampleur qu’a déjà Classcraft Studios après quatre ans d’existence. L’entreprise estrienne s’est selon elle très bien adaptée aux nouvelles réalités de l’économie, qui exigent toujours plus de créativité et de polyvalence.

L’organisation est passée de 12 employés l’an dernier à maintenant 35, dont 25 travaillent à Sherbrooke. Les autres occupent des fonctions dans leurs locaux de Montréal ou de New York. De plus, cinq postes ont été créés à Sherbrooke tout récemment, dont deux sont déjà comblés.