La machinerie lourde a pris place sur le site de Chocolat Lamontagne, dans le parc industriel de Sherbrooke, afin de lancer les travaux.

Chocolat Lamontagne investit et agrandit

Alors qu’on s’apprête à se régaler de chocolat, l’entreprise sherbrookoise Chocolat Lamontagne annonce des investissements en phase avec sa croissance.

Le nouveau projet de la famille Lamontagne consiste à donner le coup d’envoi à un important agrandissement. C’est donc quelque 1,5 M$ qui seront investis dans le parc industriel afin de faire passer l’usine de 95 000 à 115 000 pieds carrés. L’investissement permettra d’accroître les capacités de production et de stockage, souligne un communiqué de presse.

On explique aussi qu’au fil des ans, afin de répondre à la demande croissante tout en restant à la fine pointe de la technologie, l’usine a acquis des équipements permettant de fabriquer et d’emballer ses produits de chocolat plus aisément et plus rapidement. Mais voilà que ces machines sont plutôt volumineuses et l’espace se met à manquer au 4025 de la rue de la Garlock.

« Nous avons récemment procédé à l’installation d’une ensacheuse et d’une cartonneuse qui occupent à elles seules pas mal d’espace », a commenté Danny Lamontagne, vice-président aux opérations. 

« Nous devions stocker des produits à l’externe, ce qui implique du transport, de la gestion d’inventaire supplémentaire et, évidemment, des coûts. Avec cet agrandissement, nous allons nous réapproprier notre espace et augmenter notre efficacité et notre efficience. » 

La machinerie lourde a pris place sur le site de Chocolat Lamontagne afin de lancer les travaux.

« Ce projet permettra la croissance de l’entreprise et améliorera aussi, du même coup, l’efficacité et l’environnement de travail des employés », a ajouté M. Martin Cournoyer, le directeur général de Chocolat Lamontagne. 

« C’est important pour nous que le milieu de vie que nous offrons à notre personnel soit agréable pour tous. » 

Longtemps reconnue pour ses produits principalement dédiés au domaine de l’autofinancement, l’entreprise a commencé à infiltrer le marché de la vente au détail au Canada et aux États-Unis il y a une dizaine d’années.

D’abord sous plusieurs marques privées majeures puis avec sa propre gamme de produits, l’entreprise est maintenant active sur le marché international. On est aussi à la recherche de main-d’œuvre, souligne-t-on.