La Fromagerie Caitya, du Canton de Newport, a relancé ses activités au cours des dernières années en proposant aux consommateurs ses Perles de fromage dans l’huile.

Chevrière fromagère à la recherche de partenaires

Les affaires vont drôlement bien pour la chevrière fromagère Marypascal Beauregard, qui dirige la fromagerie Caitya, située dans le canton de Newport. Les ventes ont doublé depuis un an, ce qui appelle un déménagement des installations fromagères dans des locaux plus grands et une réorganisation de la production laitière.

Les fromages de chèvre produits au Québec ont en effet la cote par les temps qui courent. La demande ne cesse d’augmenter depuis quelques années, ce qui pousse les épiciers à se procurer diverses variétés produites un peu partout en province.

Une des fromageries qui ont bénéficié de cette hausse par la qualité de ses produits est celle de Marypascal Beauregard et sa famille depuis 1997, qui a relancé ses activités au cours des dernières années en proposant aux consommateurs ses Perles de fromage dans l’huile.

La réponse a été impressionnante et le chiffre d’affaires de l’entreprise a doublé au cours de la dernière année, en plus de vivre une fulgurante ascension depuis trois ans.

« On a une belle croissance cette année, ce qui nous permet d’avoir de beaux projets pour l’avenir », annonce d’emblée Mme Beauregard. « On a doublé notre nombre de ventes du début de l’année au mois de mai comparativement à l’année passée. »

Distribution

La fromagerie a fait un grand coup en s’associant à un distributeur de fromage majeur en 2015, ce qui a permis à l’entreprise du Haut-Saint-François de voir ses produits être vendus partout en province.

« On voulait concentrer notre marché autour de Sherbrooke lorsqu’on a commencé il y a quelques années. C’est très énergivore de faire de la distribution autonome, on ne peut pas être bon fromager, bon agriculteur, bon avec la machinerie et bon en vente », explique-t-elle.

« C’est en 2015 qu’on s’est rendu à l’évidence qu’on avait d’un bon coup de main et plusieurs personnes se sont manifestées. On en est venu à une entente en distribution avec Fromages CDA, un distributeur qui a un réseau à la grandeur de la province. Il nous a ouvert les portes chez IGA, qui est notre meilleur acheteur », poursuit la fromagère.

Agrandissement

Cette hausse saisissante de la demande de leurs fromages pousse la productrice à devoir agrandir son entreprise, située dans de petits locaux sur la ferme.

« Comme les autres fromagers, on veut diversifier notre production avec les quotas d’importation qui s’en viennent. On veut séduire nos consommateurs pour pas qu’ils ne soient tentés par les nouveaux produits qui vont arriver sur le marché! »

La fromagerie actuelle est cependant trop petite pour abriter cette transition. « On est très à l’étroit dans nos locaux actuels. On aimerait se rapprocher de Cookshire-Eaton ou de Sherbrooke et idéalement s’installer dans un complexe multifonctions agroalimentaire », précise-t-elle.

« Je suis une joueuse d’équipe et j’aimerais que ça se réalise. Plusieurs autres producteurs m’ont fait part de leur intérêt de s’implanter dans un complexe semblable. On veut déménager la fromagerie. »

Avis aux intéressés, Marypascal Beauregard cherche activement de la relève pour administrer la chevrière, elle qui est accaparée par la fromagerie depuis son expansion.

« Je suis à la recherche de relève laitière qui veut collaborer avec nous et habiter ici en location ou à produire le lait pour nous », annonce-t-elle. « Toute la famille, on a besoin de prendre un petit pas de recul pour se concentrer sur le développement de la fromagerie. »