La compagnie Canac procède depuis quelques semaines à l’agrandissement de son centre de distribution de Drummondville. Pour cette phase 2, l’investissement est d’environ 15 millions $.

Canac agrandit son centre de distribution

PRIMEUR - Il était déjà immense, il le sera encore plus! Le centre de distribution du quincailler Canac, à Drummondville agrandit. Et ce n’est que la phase 2.

L’entreprise a lancé des travaux d’agrandissement du bâtiment situé à l’intersection de la route 139 et de l’autoroute 55. Il passera de 32 500 mètres carrés (350 000 pieds carrés) à 52 025 mètres carrés (560 000 pieds carrés).

L’investissement sera « aux alentours » de 15 millions $, confirme le président de Canac, Jean Laberge, à La Tribune.

« Nous commencions à manquer de place, à force d’ajouter des magasins. Et on doit aussi répondre à la croissance des ventes de notre réseau Canac », lance-t-il.

« Nous venons d’ouvrir six magasins au Québec. » 

Le centre de distribution a été construit en 2015 dans la zone industrielle de la Vitrine 55. Le projet était évalué à 37 millions $. On allait créer 30 emplois dès son ouverture à la fin de l’année.

La chaîne de quincaillerie et de matériaux de construction issue de la région de Québec voulait à l’époque répondre à la demande de ses 23 magasins. La direction prévoyait alors en ajouter une quinzaine à moyen terme dans l’ouest de la province. Ce nouveau centre de distribution était devenu plus que nécessaire en raison de la stratégie agressive adoptée par Canac. 

Son positionnement à proximité des autoroutes 20 et 55 constituait un atout certain dans la décision de s’y installer.

Rappelons que Drummondville avait déroulé le tapis rouge pour attirer le quincaillier sur son territoire. Un immense terrain de 60 000 mètres carrés (650 000 pieds carrés) a été vendu pour un dollar du pied carré. L’entreprise a aussi obtenu un crédit de taxation de 50 % pour les cinq années suivant l’ouverture du centre de distribution.

Une fois l’agrandissement complété, il emploiera une centaine d’employés, calcule M. Laberge.

« Il s’agit de la phase 2. Il y en aura d’autres. Une troisième et une quatrième au cours des prochaines années », dit-il.

« On devrait être corrects pour des années. »

Canac compte deux magasins dans la région de Sherbrooke. L’Estrie est bien desservie, opine-t-il.