Le ministre de l’Emploi et de la Solidarité sociale, François Blais, le président de la Chambre de commerce de Sherbrooke, Claude Denis, le député de Saint-François, Guy Hardy, et le président-directeur général de la Fédération des chambres de commerce du Québec (FCCQ), Stéphane Forget.

Blitz de recrutement après des immigrants

Le projet-pilote provincial « Un emploi en sol québécois » a été lancé, lundi, afin de favoriser l’accès à des personnes immigrantes au Québec à des emplois en région. L’Estrie fait partie des cinq régions choisies pour la mise en place de cette nouvelle initiative, lancée par la Fédération des chambres de commerce du Québec (FCCQ), en collaboration avec le ministère de l’Emploi et de la Solidarité sociale.

Le Ministère investit 385 550 $ pour la mise en place de ce projet de 18 mois, qui regroupe également les régions de Lanaudière, Chaudière-Appalaches, le Centre-du-Québec et l’Abitibi-Témiscamingue.

« C’est d’aider ces entreprises qui ont des emplois à offrir à des travailleurs immigrants potentiels, en repérant des personnes sans emploi ou à la recherche d’emplois disons à Montréal en les référant à des organismes de soutien communautaire, et ces personnes sont invitées par exemple en Estrie pour venir rencontrer 30 ou 40 employeurs qui ont des emplois à leur offrir. On présente ces emplois, il peut y avoir des visites d’entreprises, ensuite il y a même une visite de la région... C’est la première fois que la FCCQ va aussi loin pour favoriser l’immigration en région », résume le ministre de l’Emploi et de la Solidarité sociale, François Blais.

Le projet est destiné aux personnes ayant immigré au Québec depuis moins de cinq ans et doit contribuer à l’embauche d’un minimum de 100 personnes immigrantes dans un premier emploi.

L’initiative compte trois volets. Les travailleurs immigrants de la grande région de Montréal étaient d’abord invités à rencontrer les chambres de commerce représentant les employeurs.

Ce mois-ci, les travailleurs immigrants sélectionnés seront invités à se rendre dans l’une des cinq régions de leur choix par autobus nolisé.

« Les besoins sont très grands »

La FCCQ sera présente dans 15 régions pour présenter une conférence afin d’outiller les entreprises en matière de ressources humaines.  

Les besoins de main-d’œuvre en Estrie sont très grands. « Il y a encore beaucoup de manufactures en Estrie. Ce que les gens me disaient, oui, on a toujours besoin d’employés qualifiés, mais on a aussi besoin d’employés avec peu de qualifications pour des emplois de journaliers de manœuvre. Les besoins sont très grands », commente le ministre.

Vendredi, une trentaine d’employeurs d’ici rencontreront des travailleurs immigrants pour réaliser un maillage, note Louise Bourgault, vice-présidente et directrice de la Chambre de commerce de Sherbrooke.
Une activité aura aussi lieu le 8 décembre.    

« Nos entreprises de partout au Québec sont à la recherche de travailleurs pour combler des postes qui seront de plus en plus nombreux au cours des années à venir. Faire découvrir ces occasions à des nouveaux arrivants avec la collaboration de notre réseau de chambre de commerce et des organismes d’intégration des immigrants et une façon pour la FCCQ de continuer de faire croître notre économie », indique le président-directeur général de la FCCQ, Stéphane Forget.
Le projet doit rendre disponibles plus de 2500 emplois parmi les 260 entreprises participantes.