Le candidat caquiste dams Orford Gilles Bélanger

Bélanger cible l'intelligence artificielle

La filière de l’intelligence artificielle est prometteuse et le candidat de la Coalition avenir Québec (CAQ) dans la circonscription d’Orford, Gilles Bélanger, souhaite que la région de Magog reçoive sa part du gâteau.

Pour que Magog profite de l’engouement pour l’intelligence artificielle, M. Bélanger entend obtenir deux millions $ de fonds provinciaux, étalés sur une période de quatre ans, pour le développement de ce créneau d’activités en sol magogois, si la CAQ forme le prochain gouvernement.

« Partout au Québec, il y a une volonté de développer les technologies de l’information et des communications (TIC). On a ici des entreprises qui ont choisi de s’installer chez nous, qui possèdent tout le talent pour que la MRC puisse se tailler une place d’importance, mais le gouvernement libéral préfère investir des miettes en région », soutient le candidat de la CAQ.

Gilles Bélanger affirme que ce sont surtout les grandes villes comme Montréal et Québec qui « prennent la pôle position » dans le domaine de l’intelligence artificielle.

Dans la foulée, M. Bélanger accuse le Parti libéral du Québec de « favoriser les entreprises étrangères plutôt que de reconnaître le talent local ». Il cite l’exemple de Cinésite, une compagnie britannique du secteur des TIC, qui a reçu un appui financier important du gouvernement libéral ces dernières années.

« Ces entreprises-là bénéficient d’un gros financement pour s’installer à Montréal alors qu’on a les ressources ici pour faire le même travail pour beaucoup moins cher. C’est littéralement du cannibalisme avec nos ressources », déplore celui qui a œuvré au développement de la filière des TIC, à Magog, ces dernières années.

Appui pour IceWorks

De plus, il indique qu’un gouvernement caquiste « appuierait la production du dessin animé » qu’IceWorks animation souhaite réaliser à Magog. Il souligne à ce sujet qu’Investissement Québec a refusé une garantie de prêt de 2,7 M$ à IceWorks l’an dernier, tout en laissant entendre que la ministre sortante Dominique Anglade aurait pu renverser la décision dans ce dossier.

Rappelons que La Tribune a plusieurs fois évoqué ce projet de série d’animation. Le personnage principal de celle-ci serait Amos Daragon, un héros de romans jeunesse créé par l’auteur Bryan Perro.

Par ailleurs, Gilles Bélanger donne la réplique à son adversaire Guy Madore, qui lui reproche de berner la population en proposant d’obtenir la fermeture du site d’enfouissement de déchets de Coventry, au Vermont. Ce site et le lixiviat qu’il produit menaceraient la qualité de l’eau du lac Memphrémagog, réservoir d’eau potable pour plus de 150 000 personnes en Estrie.

« Ce site ne se fermera jamais, si dès le départ on soutient qu’une fermeture est impossible à envisager. C’est un dossier qui se travaille avec les États-Unis et ce serait toute une victoire d’arriver à cet objectif un jour. De toute façon, ça n’a pas de sens d’avoir créé ce genre de lieu à la tête d’un lac comme le Memphrémagog », lance-t-il.

Récemment, lors d’une rencontre à Newport, on a pu constater que de nombreux Américains entretenaient des inquiétudes à l’égard de l’énorme dépotoir, cela en raison d’un projet d’expansion présenté par Casella Waste Systems.