La directrice de Montessori Orford, Sylvie Gauvreau, est heureuse d’avoir obtenu la collaboration de l’homme d’affaires Daniel Beaucage pour un projet éducatif mis sur pied par son établissement scolaire.

Beaucage inspirera la jeunesse de l’École Montessori Orford

L’École Montessori Orford s’associe au réputé homme d’affaires Daniel Beaucage. Misant sur une approche éducative axée sur l’expérimentation et l’autonomie, l’établissement scolaire privé crée ainsi le Parcours-Entrepreneur Daniel Beaucage.

On peut dire que M. Beaucage est un ami des écoles Montessori de Magog et d’Orford. Il a prêté une importante somme d’argent au premier établissement et a fait un don monétaire majeur au second. La nouvelle association entre l’homme d’affaires et l’École Montessori Orford apparaît donc naturelle.

Celui qui a fait carrière dans le secteur automobile agira un peu comme un mentor auprès des élèves de Montessori Orford. Il ira les rencontrer et leur raconter son parcours. Il devrait également évaluer des projets d’entreprises qui auront été montés par ceux-ci.

Daniel Beaucage ne cache pas sa satisfaction à l’égard du projet élaboré, qui mettra aussi à contribution d’autres entrepreneurs. « C’est avec beaucoup de fierté qu’on fait ce lancement. L’économie québécoise a besoin d’entrepreneurs. On ne valorise pas suffisamment ce travail », a-t-il déclaré lors d’une conférence de presse tenue à Orford mardi.

M. Beaucage a ajouté que la formule proposée par Montessori Orford est inspirée de celles adoptées par des écoles d’entrepreneuriat québécoises reconnues. « Il n’y en avait pas des établissements semblables quand j’étais jeune », a remarqué cet entrepreneur né.

Cela ne l’a cependant pas empêché de réaliser un rêve d’enfance en faisant carrière dans le secteur automobile et en prenant la tête d’un groupe aujourd’hui composé de 23 concessionnaires automobiles.

Par ailleurs, Daniel Beaucage a confié qu’il aime l’approche des écoles Montessori, laquelle repose sur une philosophie éducative élaborée en Europe au début du 20e siècle. « On parle d’une très grande qualité d’enseignement. »

Les adultes de demain

Directrice de Montessori Orford, Sylvie Gauvreau est visiblement heureuse de pouvoir compter sur la collaboration de M. Beaucage. Elle souligne notamment que celui-ci soutient régulièrement des personnes qui en sont à leurs premières armes dans le monde des affaires et qu’il se montre généreux envers divers organismes du milieu.

« Lorsqu’un jeune découvre l’histoire d’un entrepreneur qui a réussi, une idée peut germer dans sa tête. C’est une des choses intéressantes dans un tel projet », dit Mme Gauvreau.

La directrice de l’école secondaire spécifie toutefois que Montessori Orford et Montessori Magog ont depuis plusieurs années déjà fait le choix de miser sur l’entrepreneuriat pour favoriser le développement de différentes compétences chez leurs élèves.

« On a modernisé les principes derrière la philosophie Montessori. On est une école entrepreneuriale. On désire être un milieu d’éducation internationale à échelle humaine », indique Sylvie Gauvreau.