Marie-Claude Paré est directrice générale chez Paré Centre du Camion, l’une des six concessions qui exposeront au Salon du camion lourd de Québec, organisé par la Corporation Mobilis et dont Charles Drouin en est le chef de la direction.

Le retour du Salon du camion lourd à Québec

CHRONIQUE / Fruit d’une volonté qui date de quatre ou cinq ans, le Salon du camion lourd renaît à Québec. Le dernier s’était tenu en 2010.

L’édition du Salon du camion lourd de Québec (SCLQ) se tiendra les vendredi 9 et samedi 10 novembre prochains au Centre de foires d’ExpoCité. L’exposition, organisée par la Corporation Mobilis, se tiendra tous les deux ans, en alternance avec celle de Montréal.

«On veut présenter une autre facette de l’industrie. C’est un domaine qui n’est pas très connu», explique Marie-Claude Paré, directrice générale de Paré Centre du Camion.

Sa concession avec cinq autres, dont Kenworth Québec, Mack Ste-Foy, Globocam, Transdiff Peterbilt et Réseau Dynamique International, feront partie de l’attraction principale de ce salon avec des camions exposés au Centre de foires.

En fait, ces six concessionnaires sont membres de la Corporation Mobilis, au même titre que les concessionnaires automobiles.

«Ça faisait quatre ou cinq ans que l’on voulait “redémarrer” ce salon. Le feu vert a été donné en mai dernier, alors qu’on a eu l’accord de nos six concessions de véhicules lourds», affirme Charles Drouin, chef de la direction de la Corporation Mobilis.

En plus de voir des produits et des camions, le SCLQ sera aussi l’occasion pour les jeunes intéressés par le camionnage et se cherchant un emploi de laisser leur CV, car il s’agit aussi d’une des missions de la Corporation Mobilis : la dotation de la main-d’œuvre. «Selon le Conference Board, il manquera 33 000 chauffeurs en 2020», ajoute M. Drouin.

Présentement, la Corporation Mobilis, en collaboration avec des centres de formation professionnelle, chapeaute des programmes d’alternance travail-étude, dans lesquels les étudiants passent une partie de leur programme d’étude en classe et l’autre en milieu de travail. Ces stages sont rémunérés.

En ce moment, les concessionnaires de camions, comme l’industrie du camionnage, connaissent un manque de main-d’œuvre. «Autant les compagnies de transport cherchent des chauffeurs, nous, dans les concessions, cherchons aussi des techniciens et des commis aux pièces, entre autres», renchérit Mme Paré.

De gros sous

Et pourtant, l’industrie du camionnage représente de gros sous. «C’est une industrie qui représente 4,6 milliards $ du produit intérieur brut [PIB] du Québec et 17 milliards $ du PIB canadien», soulève M. Drouin. «Elle génère des retombées économiques de 8,4 milliards $. Au Québec, l’industrie donne du travail à 115 personnes, dont 54 000 chauffeurs.»

Entrée gratuite

Contrairement au Salon de l’auto, le SCLQ est une foire professionnelle. Toutefois, tous sont invités.

Parmi les 90 exposants qui partageront 65 000 pieds carrés d’espace, on trouvera, en plus des concessionnaires, des centres de formation, des comités paritaires (pour le volet de la formation), des fournisseurs de services aux camionneurs, des compagnies de transport, des assureurs, ainsi que la Société d’assurance automobile du Québec et le ministère des Transports du Québec.

L’entrée au Salon du camion lourd est tout à fait gratuite. Cependant, il faut obligatoirement s’inscrire à l’avance en visitant le site Web de l’événement au www.sclq.ca.

+

Grosse année pour la Corporation Mobilis

Avec l’organisation du Salon international de l’auto de Québec (SIAQ), tous les mois de mars, le Salon du Camion lourd de Québec s’ajoute au portefeuille d’événements liés à la mobilité de la Corporation Mobilis. 

Dans les faits, la Corporation Mobilis n’aura pas que deux événements à organiser au cours des 12 prochains mois, mais plutôt trois. Récemment, le regroupement de concessionnaires de la région de Québec a conclu une entente de partenariat avec le Salon du véhicule électrique de Montréal (SVEM) pour la tenue d’un événement similaire de côté-ci de la 20.

Le Salon du véhicule électrique de Québec (SVEQ) se tiendra quant à lui les 24, 25 et 26 mai 2019, aussi au Centre de foires d’ExpoCité. Et ce, trois semaines après le SVEM, du 3 au 5 mai 2019 à Place Bonaventure.

«C’est sûr que le SIAQ deviendra peut-être un jour un salon du véhicule hybride et électrique. Mais en attendant, le SVEQ attire une autre clientèle que le Salon de l’auto et c’est plus que des autos électriques. Il y a aussi des camions, des vélos, ainsi que des exposants liés aux produits connexes aux véhicules électriques», énumère Charles Drouin, chef de la direction de la Corporation Mobilis.

«En plus qu’on a l’expérience des essais de voitures électriques que nous tenons chaque année au Salon de l’auto, depuis quelques années», ajoute-t-il.