Vive et dynamique, la Kia Stinger offre des accélérations très bien senties. Toutefois, la suspension mériterait d’être un peu plus rigide. Même avec le mode Sport.

Essai-éclair: Kia Stinger 2018

Ce coupé à quatre portières apporte la touche distinctive à la marque Kia, par rapport à la marque sœur qui en la propriétaire, Hyundai.

On sent que la Stinger a cet ADN d’Audi — rappelez-vous, le designer Peter Schreyer bossait pour le constructeur allemand, autrefois —, on peut la comparer, au point de vue du look à une A7 Sportback. 

Cette jolie voiture vive et dynamique offre des accélérations très bien senties. Toutefois, la suspension mériterait d’être un peu plus rigide. Même avec le mode Sport, ça semblait un peu plus mou que la plupart des voitures de performances comparables.

On achète rarement ce genre de véhicule pour la frugalité. Au chapitre de la consommation, la Stinger a difficilement consommé sous les 14,0 l/100 km. Surtout qu'il est recommandé de la ravitailler à l'essence super.

À bord, on peut constater le degré de finition propre aux modèles Kia, soit mieux finis que dans les modèles de Hyundai. Pour une sportive, elle propose un confort plus que correct pour quatre occupants. Elle pourrait servir de véhicule familial pour autant qu'il n'y a pas plus de deux enfants. Quoique le hayon est de taille moyenne. On peut y mettre une épicerie familiale, mais il se remplit rapidement.

+

DONNÉES TECHNIQUES

Prix de base : 44 195 $

Prix du modèle essayé : 49 995 $ (GT Limited)

Moteur : V6 3,3 litres biturbo à injection directe

Puissance : 365 ch (272 kW) à 6000 tr/min

Couple : 376 lb-pi (510 N.m) entre 1300 et 4500 tr/min

Transmission : automatique à huit rapports

Consommation réalisée : 14,7 l/100 km (ville)