Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
L’entreprise ne voulait pas jeter le tissu dont elle s’était dotée. Elle a donc lancé des vestes réversibles et des sacs.
L’entreprise ne voulait pas jeter le tissu dont elle s’était dotée. Elle a donc lancé des vestes réversibles et des sacs.

Attraction s’adapte encore

Tommy Brochu
Tommy Brochu
La Tribune
Article réservé aux abonnés
En 2020, le fabricant de vêtements Attraction de Lac-Drolet a acheté beaucoup de matériel pour fournir des blouses et des couvre-visages au début de la pandémie. Mais une bonne partie des réserves ne s’étant pas écoulée faute de demande, l’entreprise s’adapte encore et lance une gamme de produits utilisant ces tissus.

L’entreprise explique dans un communiqué qu’elle pouvait produire «produire plus de 500 000 couvre-visages et des milliers de blouses médicales certifiées de niveau 2». 

 «Puis les gouvernements se sont rapidement tournés vers les blouses et les masques jetables, nous laissant avec d’importants inventaires de tissus de première qualité», déplore Sébastien Jacques, copropriétaire et vice-président du développement commercial d’Attraction.

Évidemment, l’entreprise ne voulait pas jeter le tissu dont elle s’était dotée. Elle a donc lancé des vestes réversibles et des sacs. 

«Le côté jaune des manteaux et du sac est composé à 100 % de polyester tissé revalorisé de la production de blouses médicales certifiées de niveau 2. Le côté gris est fabriqué à partir d’un jersey 50 % coton biologique et 50 % polyester recyclé», explique l’entreprise, ajoutant que l’utilisation du polyester et du coton permet de recycler 10 bouteilles d’eau en plastique par manteau.

Financement collaboratif

Pour se faire, Attraction a recours au financement collaboratif. Les objectifs sont de 7500$ sur La Ruche et de 20 000$ sur Kickstarter. «Les créateurs de projets, comme Attraction, fixent l’objectif et la date limite de financement de leur projet, explique l’organisation. Si les gens aiment le projet, ils peuvent y contribuer. Si le projet parvient à atteindre son objectif de financement, les cartes de crédit des bailleurs de fonds sont débitées à l’expiration du délai. »

Ces 7 500$ «permettront de financer les coûts de recherche et de développement associés à la phase 2 de notre projet; retravailler le tissu et développer de nouveaux produits qui seront disponibles à l’automne 2021 afin de recycler tout le tissu restant, soit 20 000 mètres».