Julien Bouchard, directeur des opérations.

Arjo a le vent en poupe

Appartenant désormais au groupe Arjo, l’usine anciennement connue sous les noms BHM Médical puis ArjoHuntleigh a connu une période de croissance en 2017. Et tout laisse croire que son développement se poursuivra durant les mois à venir.

Il y a quelques années, l’avenir de l’usine d’ArjoHuntleigh à Magog paraissait incertain après des mises à pied non négligeable et l’arrêt d’une partie des activités de recherche et de développement qui étaient réalisées sur place. Mais les nuages se sont dissipés depuis et son actuel directeur des opérations, Julien Bouchard, entrevoit l’avenir avec optimisme.

« On a présentement 135 employés, ce qui fait qu’on est de retour au nombre qu’on avait avant les mises à pied de 2014, révèle M. Bouchard. On a embauché pas mal de gens pour la recherche et le développement, pendant les deux dernières années, et on a encore de huit à dix postes à combler dans ce département. »

Le directeur des opérations explique que la situation qu’on observe, dans les pays occidentaux, est favorable à la croissance des activités de l’usine qu’il dirige. « Notre marché est en croissance parce que la population est vieillissante et que le phénomène de l’obésité rend plusieurs personnes moins mobiles », souligne-t-il.

Cela dit, il concède que le recrutement de main-d’œuvre « n’est pas facile par les temps qui courent », ce qui oblige son équipe à se montrer plus créative.

Un groupe plus petit

La semaine dernière, le Groupe Getinge a été scindé en deux entités distinctes, lesquelles possèdent toutefois un actionnariat identique pour le moment. Arjo est ainsi redevenue une entité indépendante, détachée du groupe auquel elle a longtemps appartenu.

Cette nouvelle aura-t-elle un quelconque impact sur l’usine de Magog, hormis le nouveau changement de nom imposé? M. Bouchard affirme que oui et précise qu’il s’attend à des effets positifs.

« Je trouve que c’est une très bonne nouvelle qu’Arjo se soit détachée du grand groupe. Vous savez, Getinge c’était plus ou moins 25 usines alors que maintenant on est dans une organisation qui en compte seulement six. Ça fait donc en sorte qu’on a un poids accru dans notre groupe, comparé à avant. »

Dans la foulée, Julien Bouchard laisse entendre que la décision de scinder en deux le Groupe Getinge a notamment pour objectif de faciliter la croissance d’Arjo.