Après 30 ans à la tête d’Électro-5, Claude Denis vend la totalité de ses actions à un employé de longue date, Martin Therrien.

Après 30 ans, Électro-5 a un nouveau propriétaire

Électro-5 change de main. Le fondateur de l’entreprise sherbrookoise Claude Denis vend la totalité de ses actions à un employé de longue date, Martin Therrien.

« J’ai embauché Martin pour la première fois alors qu’il était encore adolescent. Il est ensuite retourné à l’école se chercher trois diplômes d’études professionnelles, soit en électronique, en informatique et en réseautage. Je l’ai réembauché en 2001 et ça fait donc 18 ans que nous travaillons ensemble », résume M. Denis qui se réjouit que le nouveau propriétaire poursuive les activités sans apporter de changement majeur.

Aussi, les 25 employés conserveront leur emploi au sein de l’entreprise de distribution de produits en électronique, automatisation, contrôle et instrumentation offrant une gamme infinie de produits provenant de fabricants locaux et internationaux.

Lorsque M. Denis a fondé l’entreprise en 1989, il ne croyait pas que l’aventure serait aussi longue et intéressante. « Les 30 dernières années sont passées vraiment vite et on est rendu beaucoup plus loin que je ne l’aurais imaginé au départ », note celui qui a été président de la Chambre de commerce de Sherbrooke de 2017 à 2019.

« Mon objectif à l’origine était de me créer un emploi. Je ne pensais pas en créer 25. Depuis ses débuts, l’entreprise a connu une croissance moyenne de 15 pour cent, année après année. Notre marché s’est élargi et il a aussi beaucoup changé. Au départ, on se concentrait davantage sur le volet réparation alors qu’au cours des 15 dernières années, nos ventes de pièces utilisées dans la fabrication d’équipement manufacturier ont pris beaucoup d’ampleur », raconte M. Denis.

Le vendeur envisage de prendre sa retraite. « Je vais essayer la retraite, mais j’ai possiblement un projet d’enseignement. Ça reste à voir », résume-t-il.

« Pour ce qui est de la transaction, je suis fier et heureux que Martin assure la continuité des activités. Pour ma part, j’ai des sentiments qui vont aux extrêmes, car je viens de vendre ma vie. Et en même temps, je prends enfin possession de ma vie », conclut M. Denis.