Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
L’École de conduite ConduiPro Estrie a été sélectionnée pour participer à un projet pilote du ministère des Transports du Québec pour offrir aux apprentis conducteurs de s’initier à la conduite en véhicule électrique.
L’École de conduite ConduiPro Estrie a été sélectionnée pour participer à un projet pilote du ministère des Transports du Québec pour offrir aux apprentis conducteurs de s’initier à la conduite en véhicule électrique.

Apprendre à conduire électrique

Claude Plante
Claude Plante
La Tribune
Article réservé aux abonnés
Les apprentis conducteurs estriens peuvent s’initier à la conduite en véhicule électrique.

L’École de conduite ConduiPro Estrie est l’une des trente écoles sélectionnées pour participer à un projet pilote du ministère des Transports du Québec (MTQ) qui vise à sensibiliser les jeunes à la conduite écoresponsable. Elle offre dorénavant la possibilité aux élèves de suivre une partie de leurs cours pratiques avec des voitures 100 % électriques.

Le projet pilote e-roule, soutenu financièrement par le gouvernement du Québec, veut favoriser la transition de l’industrie des écoles de conduite vers les voitures à propulsion électrique. 

À la suite d’un appel de mise en candidature auprès des écoles de conduite du Québec à l’été 2020, le MTQ a reçu une centaine de candidatures de toutes les régions du Québec.

L’École de conduite ConduiPro Estrie dispose d’une flotte de véhicules électriques.  «Tout en apprenant le Code de la route et les mêmes techniques de conduite, les élèves se familiariseront également avec la conduite électrique et la recharge. De plus, cette expérience de conduite est offerte aux jeunes sans frais supplémentaires», souligne l’entreprise sherbrookoise dans un communiqué de presse.

«Dans le cadre du projet e-roule, l’École de conduite ConduiPro Estrie a bénéficié d’un accompagnement personnalisé de la Fondation québécoise d’éducation en sécurité routière (FQESR) pour l’adaptation des véhicules électriques, la formation du personnel, la bonification des outils pédagogiques ainsi que l’installation de bornes de recharge. Le remplacement des voitures à essence par des voitures électriques aura pour effet non seulement de réduire les émissions de gaz à effet de serre (GES), mais aussi d’offrir à la nouvelle génération de conducteurs la possibilité de vivre l’expérience électrique très tôt et de comprendre les avantages de la conduite écologique, pour ainsi en faire des ambassadeurs.»

Le projet pilote e-roule prévoit le remplacement de 80 voitures à essence par des modèles entièrement électriques dans 30 écoles de conduite sélectionnées d’ici le mois d’avril 2021. Dix écoles deviendront entièrement électriques et vingt le seront partiellement.

Il est doté d’un budget maximal de 4,5 M$, financé par le ministère des Transports avec des fonds qui proviennent d’une mesure du Plan d’action 2013-2020 sur les changements climatiques. 

Ce projet est étalé sur une période de deux ans. On évalue que plus de 30 000 élèves pourront  apprendre à conduire sur un des 80 véhicules 100 % électriques déployés dans les écoles de conduite sélectionnées. 

Le 28 janvier dernier, une deuxième phase du projet pilote a été déployée. Cette fois, la sélection a été effectuée par tirage au sort, le 16 mars 2021, mentionne pour sa part Mila Roy, porte-parole du MTQ.

«Le processus de vérification d’admissibilité est toujours en cours. Il est donc encore trop tôt pour préciser si des écoles de conduite de la région de l’Estrie feront partie du projet pilote», dit-elle.