Guy Dubuc et Christine Chénard, propriétaires des Aliments Activ, se sont entendus avec l’entrepreneur Dominique Brown dans le cadre de l’émission Dans l’œil du dragon.

Aliments Activ: des mets font le bonheur d’un dragon

Les Aliments Activ et leurs mets Happy Yak ont eu droit à une belle visibilité, mercredi soir, alors qu’ils ont su impressionner les dragons de l’émission Dans l’œil du dragon. Les commentaires étaient tous positifs, mais seul Dominique Brown a fait une offre, que les propriétaires de l’entreprise ont acceptée.

« Vous avez un projet extraordinaire qui a beaucoup de potentiel et j’ai déjà toutes sortes d’idées pour faire exploser ça », a-t-il dit avant de faire une contre-offre.

Après négociation, la première proposition de 100 000 $ contre 10 % de l’entreprise qu’ont fait les propriétaires a été retenue, mais M. Brown a ajouté l’option d’acquérir 5 % de plus dans un an à la valeur actuelle de l’entreprise.

Celle-ci se spécialise dans les repas lyophilisés pour sportifs d’endurance, tant sur terre que sur mer. Leurs mets se trouvent même en orbite autour de la Terre sur la station internationale. Basée à Saint-Hyacinthe depuis cinq ans, elle s’installera cet été à Cowansville.

« On a cinq années derrière la cravate et, selon nous, les pires années sont derrière nous, mais on aime beaucoup l’expérience que vous pourriez apporter à notre entreprise », a précisé la copropriétaire Christine Chénard pour expliquer le refus de la première offre de M. Brown. L’investissement permettra de développer davantage le marché à l’extérieur du Québec.

« Les commentaires étaient très constructifs, commente Guy Dubuc, aussi copropriétaire, en entrevue. L’important c’était de se créer de la visibilité. C’était ça notre objectif », ajoute-t-il, estimant la mission accomplie.

L’entreprise a fait un chiffre d’affaires de 450 000 $ en 2018, un chiffre que souhaitent doubler les Aliments Activ en 2019. Happy Yak a dégagé des profits de 15 % l’an dernier. Les mets sont vendus dans 200 points de vente, majoritairement des commerces de plein air, jusqu’à présent.