Agrile : un coût avantageux pour traiter les frênes

Les propriétaires de frênes qui souhaitent traiter leurs arbres plutôt que de les faire abattre bénéficieront d’un prix avantageux. À la suite d’un appel d’offres lancé par la Ville de Sherbrooke, il est établi que le coût sera de 3,49 $ par centimètre du diamètre du frêne à traiter. La mesure du diamètre est prise à 1,4 m du sol.

La Ville avait lancé cet appel d’offres pour obtenir des traitements à l’insecticide systémique TreeAzin utilisé pour combattre l’agrile du frêne. Le contrat de deux saisons, pour toute la ville, est octroyé à Entrepreneur Paysagistes Strathmore (1997) ltée au coût de 56 887 $. L’estimation budgétaire était deux fois plus élevée.

Lire aussi: Un champignon pour ralentir l’agrile

Agrile du frêne : un plan d’action de 5,7 M$ sur 10 ans

Agrile du frêne : 2000 $ pour abattre ses arbres

« La Ville de Sherbrooke rend disponible le traitement contre l’agrile du frêne à moindre de coût. Les propriétaires désirant se prévaloir du prix de groupe devront se rendre à l’adresse sherbrooke.ca/agrile et remplir le formulaire qui se trouve dans la page d’accueil sous le bouton Traiter votre frêne », explique la conseillère Karine Godbout, présidente du comité de l’environnement.

Les citoyens n’ayant pas accès à internet peuvent se rendre à leur bureau d’arrondissement pour faire la demande.

Le diamètre minimal admissible est de 20 cm. « Le traitement doit être fait entre le 15 juin et le 31 août. L’idéal étant de traiter en début de saison », ajoute Mme Godbout.

Séance d’information

La Ville organise par ailleurs deux séances d’information concernant l’agrile du frêne, soit les 10 et 18 avril, à 18 h 30, à l’hôtel de ville. « Nous avons déjà contacté les citoyens ayant inscrit leur frêne sur la carte de la Ville. Ils sont déjà une soixantaine à être intéressés. »

L’efficacité du TreeAzin est optimale si l’arbre est peu ou pas affecté. Le traitement doit être répété tous les deux ans.

Le nombre de frênes sur des propriétés privées est estimé à 12 500 à Sherbrooke. On en trouve environ 2500 dans le domaine public. La Ville compte investir 5,7 M$ en dix ans pour lutter contre l’agrile du frêne. Elle mènera entre autres un projet pilote cet été à l’aide du champignon Beauveria bassiana, un insecticide naturel.

Rappelons que les citoyens possédant un arbre infecté devront soit le faire abattre, soit le traiter. Dans les deux cas, les frais sont refilés au citoyen.