La boutique Chocolats Vanden Eynden a cuisiné des gâteaux garnis d’arc-en-ciel, symbole optimiste lié à la pandémie, et des chocolats en forme du monstre du Memphré avec un masque médical.
La boutique Chocolats Vanden Eynden a cuisiné des gâteaux garnis d’arc-en-ciel, symbole optimiste lié à la pandémie, et des chocolats en forme du monstre du Memphré avec un masque médical.

Agréablement surpris par sa fidèle clientèle

Quand la fermeture des commerces et le confinement de la population ont été exigés par le gouvernement, le chocolatier magogois Alain Vanden Eynden a cru que ce serait la catastrophe. À quelques jours de Pâques, après avoir pris des mesures innovantes, le propriétaire de la boutique Chocolats Vanden Eynden affirme que sa saison est sauvée grâce à l’amour impressionnant que lui a démontré sa clientèle.

« Il y a trois semaines, lorsque la fermeture des commerces a été annoncée, on ne savait pas quoi faire et on ne savait pas si on pourrait continuer à vendre. On a donc arrêté la production, car on avait déjà en inventaire une tonne de chocolat » , raconte M. Vanden Eynden.

« On a réfléchi et puis on a décidé de mettre un catalogue sur notre site internet et on a parti une boutique d’achats en ligne avec la Ville de Magog, Magog Technopole et la MRC. Les activités ont reprise à un rythme tel que j’ai repris la production depuis une semaine et demie », se réjouit l’entrepreneur, ajoutant qu’un service à l’auto sans contact et un service de livraison à domicile sans contact ont été mis sur pieds.

« Mon fils qui travaille normalement à la production travaille à temps plein à la prise de commandes par téléphone », ajoute-t-il.

Le commerce a cuisiné des gâteaux garnis d’arc-en-ciel, symbole optimiste lié à la pandémie, et des chocolats en forme du monstre du Memphré avec un masque médical.

« Ils sont tous vendus. Un client nous en a commandé 120 unités », note le propriétaire de la chocolaterie qui emploie normalement 16 personnes, incluant les temps partiels, mais qui a dû réduire son effectif à six employés.

« Des frais non récurrents ont été engendrés pour mettre en ligne le catalogue et la boutique, alors on ne battra pas de record du côté des bénéfices. Mais on a sauvé la saison et on est agréablement surpris de la réaction des gens », mentionne le chocolatier qui se console en pensant à tous les commerçants qui sont complètement arrêtés.