Fay Poirier, résidante de Cookshire-Eaton, fabrique toutes sortes de choses avec du bois recyclé. Elle fait aussi quelques accessoires en tissus, tels que des foulards pour chien.

Acheter local, la nouvelle mode

Pourquoi acheter une chose que l’on peut faire soi-même? C’est la question que Fay Poirier se pose tout le temps. Elle confectionne de multiples décorations ou accessoires avec du bois et du tissu recyclés. Depuis trois mois, elle vend ses créations, qui gagnaient en popularité parmi son entourage. Elle et 35 autres artisans du Québec vendaient le résultat de leur travail tout le week-end au Salon des artisans de Sherbrooke.

Même que près de la moitié de ces exposants sont des créateurs de la région de l’Estrie. Ce premier Salon des artisans fait par des gens d’ici veut promouvoir leur travail, et offrir des idées originales de cadeaux pour soi ou pour les autres.

Pour la Magogoise d’origine Fay Poirier, qui aime le travail manuel depuis toujours, l’idée est venue quand son père devait détruire une vieille grange. Elle a ramassé tout le bois qu’elle pouvait et s’en est servi pour créer.

Ses créations attiraient l’œil de plusieurs, elle avait des idées originales : cabarets, étagères, cadres, rangements… ou des règles géantes pour marquer la croissance des enfants plutôt que de faire un trait sur le mur à chaque pouce gagné.

Avec ses contacts et les réseaux sociaux, elle a commencé à vendre quelques articles, pour ensuite se créer une page sur le Web. Puis, l’entreprise Créations FP était née.

« Quand j’ai besoin de quelque chose, avant d’aller l’acheter je me dis “est-ce que je suis capable de le faire?” si je suis capable, je le fais. J’aime beaucoup travailler de mes mains, j’aime beaucoup travailler le bois. Je fais des accessoires de décorations et je fais de la restauration de meubles, je leur donne une nouvelle vie. C’est beaucoup de la réutilisation », explique Mme Poirier, qui en était à son premier salon.

Manon Beaudette et Audrey Lavallée sont les organisatrices du premier Salon des artisans fait par des gens d'ici de Sherbrooke.

Un salon qui inspire

Plusieurs entreprises de vêtements et accessoires tricotés, toiles et objets peints, bijoux fabriqués et vaisselle décorée… il y avait de quoi garnir le pied d’un sapin de Noël au local de Sercovie de la rue Conseil ce week-end.

C’est justement ce que les deux organisatrices souhaitent, de voir partir un maximum de cadeaux achetés localement.

Audrey Lavallée et sa mère Manon Beaudette avaient participé à un salon dans le cadre d’un projet humanitaire l’an dernier. Mme Beaudette y présentait ses linges et couvertures tissés à la main, tandis que Mme Lavallée y présentait ses pièces de vaisselle peintes et quelques bijoux. Quand elles ont appris que le salon ne revenait pas, elles ont décidé d’en créer un.

450 visiteurs

« Avec le temps des Fêtes qui arrive, c’est bon pour tous les artisans de commencer à vendre. Le mois d’octobre, il y a moins de salons, c’est une bonne date pour commencer à regarder pour les cadeaux. Avec les réseaux sociaux, tout peut devenir populaire. Avec ce qu’on entend dans les journaux ces temps-ci, justement qu’il faut acheter local, ça devient de plus en plus populaire et recherché par les gens. Ça devient une mode », exprime Mme Lavallée.

« Il y a beaucoup de qualité, plein de produits différents, c’est ça qui est plaisant », ajoute la maman.

Les organisatrices sont très satisfaites de cette première édition. Elles s’avouent agréablement surprises de la réponse positive des Sherbrookois, puisque près de 450 personnes ont visité les exposants, samedi et dimanche.

Anne Bergeron, de la municipalité de Dudswell, ramasse des pièces quelconques pour en faire des oeuvres d'art. Elle peint à l'huile, avec la pointe de la spatule.
Karine Laflamme, de Drummondville, crée des ustensiles personnalisés de toutes sortes, lavables à la main.