La vice-première ministre et ministre du Développement économique régional, Lise Thériault.

2,8 M$ pour 12 entreprises du Centre-du-Québec

La vice-première ministre Lise Thériault a annoncé, jeudi à Drummondville, des contributions de 2,8 millions $ pour 12 entreprises des MRC d'Arthabaska et de Drummond dans le cadre du Fonds de diversification économique du Centre-du-Québec et de la Mauricie.
De ce nombre, ce sont Groupe Anderson de Chesterville et L.C.N. de Wickham qui reçoivent les subventions des plus importantes. Les enveloppes de 500 000 $ leurs permettront de réaliser des projets d'une valeur respective de 9,6 millions $ et 8,8 millions $.
Au total, on évalue que la contribution du gouvernement permettra des investissements totaux d'un peu plus de 33,5 millions $, ainsi que la création et la consolidation de 150 emplois dans la région.
Cette vague d'annonces vient en quelque sorte épuiser l'enveloppe de 50 millions $ consacrée aux MRC situées en dehors des régions de Bécancour et Trois-Rivières. Les Centricois ont utilisé près de 80 % de cette somme et ont maintenant les yeux rivés sur les 130 millions $ qui n'ont pas été utilisés par les Trifluviens et leurs voisins de la rive-sud.
À cet effet, la ministre a imploré les entreprises de la région à prendre rendez-vous avec le ministère du Développement économique et à présenter leurs projets, même s'il n'y a techniquement plus d'argent disponible pour eux dans le fonds.
« Ne laissez pas dormir vos projets, venez les présenter, vérifiez s'ils peuvent se qualifier pour ce fonds ou être admissibles pour d'autres fonds, parce qu'il n'y a pas que celui-là, il y a d'autres outils », affirme la ministre Thériault.
Le verdict au printemps
Ça fait un certain temps maintenant que tout le Centre-du-Québec demande à avoir accès à la part du Fonds de diversification réservée à Trois-Rivières et Bécancour et toujours inutilisée. À ce sujet, la ministre a indiqué qu'une analyse de « mi-mandat » avait été menée et qu'une décision sera prise au printemps.
« J'aurai bientôt l'occasion d'annoncer des modifications aux critères des fonds que je dois gérer. Ce que je veux, c'est que nos entreprises puissent avoir accès à ces fonds, il faut que je m'arrange pour que les critères soient favorables. Est-ce que la date butoir va rester la même? Je ne sais pas », explique-t-elle, précisant qu'elle était bien au fait que les MRC de Drummond et d'Arthabaska avaient été les plus dynamiques depuis que le fonds de 200 millions $ lié à la fermeture de Gentilly-2 est rendu disponible.
La région de Drummond a évalué à 14 le nombre de projets admissibles au Fonds de diversification qui n'ont pu être menés à bien, la limite ayant été atteinte.
« On a un débordement de bonnes nouvelles, illustre en souriant le maire suppléant de Drummondville, Yves Grondin. Stimuler l'économie, on le fait avec nos moyens, mais on a aussi besoin de l'implication des autres paliers de gouvernement. »