Le Salon Priorité-Emploi bat son plein au Centre de foires jusqu'à samedi 16 h. Pour la 18e édition, 97 employeurs cherchentà combler quelque 2000 postes.

2000 offres d'emploi, une seule adresse

Franchir les portes du Centre de foires sans emploi; quitter le Centre de foires avec un emploi.
Voilà ce que vous propose le Salon Priorité-Emploi qui bat son plein jusqu'à samedi, 16 h. Pour la 18e édition, 97 employeurs - un nombre record - cherchent à combler leurs besoins en main-d'oeuvre qui totalisent environ 2000 postes. Et dans certains cas, l'entrevue se fait directement sur place, et la poignée de main qui suit fait office de contrat d'embauche.
« On a des endroits pour faire des entrevues privées. Les entreprises peuvent donc engager directement sur place et les chercheurs d'emploi ressortent en se félicitant d'avoir un nouveau travail », expliquait Louise Côté de Pro-Gestion Estrie et membre du comité organisateur de l'événement lors du passage de La Tribune en fin de journée vendredi.
La Coopérative d'Alentour fait partie de ces entreprises qui ont décidé de maximiser leur présence. Elle avait même érigé une « boite » servant aux entrevues individuelles.
« Habituellement on utilise cette installation pour faire du rangement, mais là c'est idéal pour rencontrer des gens en privé », soulignait Réal Jr Desautels.
Et plusieurs candidats avaient déjà franchi les portes de l'installation.
« On est agréablement surpris de la qualité des candidats que nous rencontrons! C'est notre première année au Salon et je dois dire que nous sommes très satisfaits des gens qui viennent nous rencontrer », soulignait le directeur général de la coopérative qui prépare un projet d'expansion pour l'automne.
Présente pour une deuxième année au Salon, l'entité sherbrookoise de la firme Genetec espérait quant à elle obtenir de la visibilité auprès des travailleurs des technologies de l'information.
« Nous cherchons des développeurs logiciels et des testeurs logiciels; des postes pour lesquelles il faut passer une longue entrevue technique donc nous savons que nous n'embaucherons pas directement au salon. On profite toutefois de la visibilité de l'événement puisque le recrutement est difficile dans ce domaine », expliquait Gabrielle Gendron, conseillère en gestion de talent.
Présente à Sherbrooke depuis avril 2016, l'entreprise montréalaise a ouvert ce nouveau bureau dans l'espoir d'attirer de nouveaux talents.
« L'entreprise a connu une grosse expansion à Montréal, mais toutes les entreprises se battent pour les mêmes travailleurs. Nous avons donc décidé d'aller en région afin de découvrir de nouveaux talents qui ne désirent pas nécessairement vivre à Montréal », poursuivait-elle en invitant les développeurs logiciels, techniciens en TI et autres travailleurs de ce secteur à venir porter leur CV.