Maurice Soupra habite dans un appartement d’Han-Logement depuis quelques mois. Environ 50 adaptations ont été réalisées dans son appartement par rapport à un appartement régulier : cadres de portes plus larges, salles de bain où l’on peut fixer des aides de toutes sortes, électroménagers adaptés, etc. « Cet appartement est le plus beau cadeau que l’on m’ait offert dans la vie », se réjouit l’homme de 66 ans, qui a perdu une jambe il y a trois ans.

100 logis pour changer la vie de 100 personnes

Cent nouvelles familles vivant avec un handicap physique ou une déficience intellectuelle bénéficieront d’un logement abordable, sécuritaire et adapté à leurs besoins d’ici cinq ans en Estrie. Ce projet est évalué à 15 millions $ et est le fruit d’un partenariat conclu entre le Fonds immobilier de solidarité FTQ et l’organisme à but non lucratif (OBNL) magogois Han-Logement.

Ces appartements « changent une vie, une personne à la fois », se réjouit le directeur général et fondateur de Han-Logement, Paul Champagne.

D’ici les cinq prochaines années, on construira en effet 100 nouveaux logements dans des quadruplex, des logements adaptés aux besoins des personnes vivant avec un handicap physique ou intellectuel, à Sherbrooke et Magog dans un premier temps, ensuite à Richmond et Cowansville, puis à Granby dans la dernière phase du projet.

Han-Logement a été fondée en 2002 à Magog. Le but de l’organisation? Redonner la dignité humaine et favoriser l’inclusion dans la société à des gens qui souffrent d’un handicap physique ou intellectuel.

Et ça fonctionne. Paul Champagne pourrait citer de nombreux exemples de personnes dont la vie a totalement changé après qu’elles aient eu la chance de déménager dans un des appartements levés de terre grâce à Han-Logement.

« Plusieurs personnes aux prises avec un handicap physique ou une déficience intellectuelle vivent dans des logements inadaptés, ce qui a un impact sur leur autonomie et leur estime de soi. Depuis 2002, nous avons construit 10 immeubles totalisant 73 logements adaptés aux besoins de cette clientèle n’ayant pas les revenus pour se loger adéquatement », explique M. Champagne.

« Transformation spectaculaire »

Prenons un exemple concret, celui d’une jeune femme vivant avec un handicap intellectuel. « Quand elle est venue à nos locaux pour signer son bail, elle se cachait derrière le photocopieur. J’ai vraiment hésité avant de signer le bail... En même temps, elle a été embauchée dans un grand magasin d’alimentation de 300 employés. Cinq ans plus tard, elle est la présidente du club social! C’est la leader de son immeuble, elle amène les autres résidents une fois par mois au cinéma. La transformation est spectaculaire! » explique le fondateur de l’organisme.



Il y a tellement de gens souffrant d’un handicap qui se retrouvent dans un sous-sol.
Paul Champagne

Et pourquoi de telles transformations sont-elles possibles grâce à un bel immeuble et à un logement convenable où les gens apprennent à vivre de façon autonome?

« Il y a tellement de gens souffrant d’un handicap qui se retrouvent dans un sous-sol, dans des quartiers mal adaptés à leurs besoins. Nous ce qu’on leur offre avec cet appartement, c’est de devenir des citoyens à part entière, des membres actifs de notre société », ajoute M. Champagne.

« Notre modèle est unique puisque nous bénéficions de la générosité de donateurs privés sans qui les projets ne pourraient se concrétiser. Les municipalités participent également en donnant un terrain. Une fois les immeubles construits, les locataires bénéficient de l’implication d’organismes communautaires qui offrent toutes sortes de services visant à favoriser leur autonomie. Notre liste d’attente de 200 personnes confirme que les besoins sont bien réels. C’est pourquoi ce nouveau partenariat avec le Fonds immobilier de solidarité FTQ arrive à point pour développer de nouveaux immeubles », soutient M. Champagne.

« À ce jour, nous avons investi 69 millions $ dans des projets de logements sociaux, communautaires ou abordables qui ont permis de bâtir ou de rénover 3546 logements. Nous n’avions cependant aucun investissement en Estrie », a fait savoir Normand Bélanger, président-directeur général du Fonds immobilier de solidarité FTQ.

« Ce projet de 100 nouveaux logements d’ici cinq ans cadre parfaitement avec notre mission visant à bâtir une meilleure société. Je salue d’ailleurs le modèle d’affaires mis en place par Han-Logement qui fait appel à la contribution et à l’engagement du milieu puisque les effets positifs rejaillissent non seulement sur les occupants, mais aussi sur l’ensemble de la communauté. Notre investissement de 2,56 millions $ permettra de créer 130 emplois, ce qui est aussi une source de motivation pour nous », ajoute M. Bélanger.

Paul Champagne, Normand Bélanger et Maurice Soupras.