Louise Bourgault

« Comme le 11 septembre 2001 »

Les gens d’affaires vivent des moments difficiles et se tournent vers les organismes pouvant leur venir en aide. À la Chambre de commerce de Sherbrooke, on tente de se montrer rassurant, même si la situation inspire plusieurs craintes.

« Personnellement, je vis cela comme le 11 septembre 2001 », lance Louise Bourgault, directrice général de l’organisme, soulignant évoluer à l’époque dans le commerce international.

« Ce qui se passe, c’est vécu comme un choc pour plusieurs entrepreneurs. La situation va peut-être même empirer au cours des prochaines semaines. »

Du même souffle, Mme Bourgault souligne que les gouvernements se montrent proactifs en tentant de prévenir les coups. Des mesures de soutien ont été annoncées et d’autres sont à venir, dit-elle.

Par exemple, le ministre de l’Économie, Pierre Fitzgibbon, doit annoncer un plan de relance cette semaine.

« On sent un vent de solidarité important, fait valoir Louise Bourgault. Les gouvernements sont à l’écoute. Des programmes existent. »

« Il faut venir en aide aux entreprises de services qui sont durement touchées, comme les restaurants, les cinémas et les bars. Nous sommes en communication avec nos membres et la Fédération des chambres de commerce du Québec pour recueillir le plus d’information possible et la transmettre. »

Pour sa part, Commerce Sherbrooke dit suivre l’évolution de la situation de près et s’efforce aussi de partager toute l’information pertinente aux commerçants afin qu’ils puissent s’adapter à cette nouvelle réalité.

« En attendant, nous appelons à la solidarité de tous. Merci de respecter les consignes et les directives mises en place par le gouvernement et dans les endroits que vous fréquenterez », plaide-t-on.

« Veillez à respecter les employés qui continuent de travailler afin de vous offrir des produits et des services et adoptez des comportements sécuritaires lorsque vous êtes dans des lieux publics, comme les salutations alternatives, le lavage fréquent des mains, garder une distance de un à deux mètres des autres personnes, etc. ».

Le gouvernement du Québec demande aux propriétaires des restaurants de limiter les clients à 50 pour cent de la capacité des salles, soit une table sur deux. Les restaurants de style buffet ainsi que les cabanes à sucre devront cependant fermer leurs portes temporairement. Les commandes pour emporter, les livraisons et les services à l’auto demeurent permis.

En mode monitoring

Chez Sherbrooke Innopole, on se met en mode monitoring pour répertorier les programmes gouvernementaux pouvant venir en aide aux entreprises, Mardi, un plan de contingence pour limiter les impacts liés à la COVID-19 dans la région sherbrookoise a été mis sur pied, explique Josée Fortin, directrice générale de l’organisme.

« Ce matin, nous avons fait parvenir à toutes les entreprises des secteurs industriel et tertiaire-moteur de Sherbrooke un modèle de plan de contingence dans le but de les soutenir face à la pandémie de COVID-19 et de limiter ses impacts sur l’économie sherbrookoise », dit-elle.

« Il s’agit d’un guide que les entreprises peuvent adapter en fonction de la réalité de leur secteur d’activité. La situation est critique, et le plus vite nous serons en mesure de maîtriser la crise, le plus vite l’ensemble de la population et notre économie pourront reprendre le cours de leurs activités «, explique Josée Fortin, directrice générale de Sherbrooke Innopole.

L’organisation parapublique invite également les entreprises industrielles et technologiques à une séance d’information virtuelle au cours de laquelle Mme Fortin fera un état de la situation, des nouvelles mesures à prendre au vu des plus récentes informations et des programmes mis en place par les gouvernements pour les aider, ce jeudi 19 mars à 15 h 30. D’autres points d’information seront prévus sporadiquement en fonction de l’évolution de la crise, afin que les dirigeants d’entreprises soient le mieux informés et outillés possible.