Le début de la construction d’un nouveau centre de préparation de commande de Wiptec à Montréal est prévu pour le mois de septembre. L’emplacement exact n’est pas encore connu.

Wiptec créera 1000 emplois... à Montréal

Wiptec construira un nouveau centre de préparation de commande d’un million de pieds carrés à Montréal. L’entreprise sherbrookoise décide donc avec cette annonce de mettre une croix, du moins pour l’instant, sur un projet moins ambitieux à Sherbrooke.

La région de Montréal était toute désignée selon Martin Ball, président de Wiptec, pour accueillir ce troisième centre de préparation de colis qui nécessitera des investissements de 150 millions $ et créera 1000 emplois.

« Ça fait 17 ans qu’on est à Sherbrooke, on a développé une expertise, mais on est rendu à la phase réplication. L’axe naturel de la croissance de Wiptec est de se développer à travers le Canada. L’Ouest canadien et Toronto seront dans la mire certainement lors de la prochaine étape. On vient se battre dans la cour des grands pour pouvoir desservir la région de Montréal en livraison le jour même », explique-t-il.

Les discussions avec Sherbrooke Innopole concernaient un projet de moindre envergure.

« On était en discussion avec eux, mais pour un projet plus modeste, admet Josée Fortin, directrice générale de Sherbrooke Innopole. Un projet d’un million de pieds carrés, ce n’était pas dans les plans, parce que pour un million de pieds carrés de bâtisse, ça veut dire entre quatre et cinq millions de pieds carrés pour le terrain. On n’a pas de terrain de cette taille. Il ne faut pas se le cacher aussi, il y a un bassin de main-d’œuvre qui est probablement plus important du côté de Montréal. On parle quand même de 1000 emplois. »

La Tribune a aussi appris que le prix du terrain ne faisait pas l’affaire de Wiptec, du moins au départ.

« Nos prix sont extrêmement compétitifs, assure Josée Fortin. C’était un enjeu au début, mais on l’a amenuisé et, en dernier, ce n’était plus un enjeu. »

Le maire de Sherbrooke Steve Lussier se réjouissait pour sa part de cette annonce de l’entreprise sherbrookoise.

« Je suis très fier pour Wiptec. Wiptec veut agrandir et c’est tout à fait normal, avec la vitesse à laquelle c’est allé de leur côté, les agrandissements un après l’autre. Est-ce qu’ils vont revenir avec un autre projet également à Sherbrooke? M. Ball ne s’est pas encore prononcé par rapport à ça officiellement, mais a laissé sous-entendre quand même qu’un jour, oui, Sherbrooke, il n’est pas fermé. »

Le début de la construction est prévu pour septembre. L’emplacement exact n’est pas encore connu. Wiptec a également annoncé une association avec Drakkar logistiques, une entreprise spécialisée en impartition d’opérations œuvrant principalement dans les secteurs logistique, manufacturier et numérique.

Vers un deuxième parc industriel

Aucun emplacement dans le parc industriel actuel de Sherbrooke n’aurait pu offrir le million de pieds carrés qu’aura Wiptec à Montréal. Un deuxième parc industriel est donc à privilégier, selon le maire Lussier.

« On travaille actuellement avec les services à trouver un nouvel emplacement. On a plusieurs choix, on ne s’est pas arrêté encore sur un en particulier, mais il faut comprendre que si on veut continuer notre développement pour la Ville de Sherbrooke, pour aller chercher de bons emplois, bien on n’a pas le choix. Il faut aller avec un nouveau parc industriel prêt à accueillir de nouvelles usines. »

Des son côté la directrice générale de Sherbrooke Innopole indique que le temps presse pour trouver de nouveaux endroits disponibles pour le développement industriel.

« On estime qu’il nous reste des terrains pour de trois à maximum cinq ans. On travaille différentes options et solutions avec la Ville. »

Ni Mme Fortin ni le maire Lussier n’ont voulu s’avancer quant à l’éventuel emplacement de ce second parc industriel.

« On essaie de regarder pour avoir le plus grand possible, résume Josée Fortin. Vous savez ça arrive qu’on a des terres agricoles, des enjeux environnementaux ou des expropriations. Est-ce que le gaz naturel se rend? Est-ce que l’électricité et l’eau se rendent? Il y a beaucoup de critères à évaluer. »