Ayant reconnu avoir berné une vingtaine d’adolescentes, William Girard connaîtra sa peine en septembre au palais de justice de Sherbrooke.
Ayant reconnu avoir berné une vingtaine d’adolescentes, William Girard connaîtra sa peine en septembre au palais de justice de Sherbrooke.

William Girard connaîtra sa peine en septembre

Claude Plante
Claude Plante
La Tribune
William Girard, qui a reconnu avoir berné une vingtaine d’adolescentes, pourrait devoir purger une peine allant de 30 mois à neuf ans de prison.

Jeudi au palais de justice de Sherbrooke, les parties dans ce dossier ont présenté leurs arguments à l’étape des observations sur la peine.

En novembre dernier, William Girard d’East Angus a plaidé coupable à plusieurs gestes de nature sexuelle virtuelle à l’endroit de mineures âgées de 12 à 17 ans. Rappelons que 21 adolescentes ont été bernées par Girard qui réussissait à leur soutirer des photos de nudité sous certains pseudonymes, dont principalement celui de Samantha Caron.

Les accusations qu’il a reconnues concernent des victimes adolescentes de l’Estrie, soit Sherbrooke, Magog et East Angus, ainsi que de la Mauricie, de l’Abitibi et du Bas-Saint-Laurent. Les gestes ont été commis entre juin 2017 et février 2019.

Jeudi, la défense a réclamé 30 mois de prison alors que la Couronne a demandé une « peine substantielle » d’au moins neuf ans de pénitencier.

Des victimes sont venues témoigner devant la juge Hélène Fabi de la Cour du Québec. Celles-ci vivent toujours des conséquences de ses gestes, mentionne Me Joanny Saint-Pierre, procureure aux poursuites criminelles.

Pour sa part, William Girard, qui est défendu par Me Christian Raymond, s’est exprimé en lisant une lettre à la juge.

Celle-ci rendra sa décision le 25 septembre prochain.

Girard se trouve derrière les barreaux depuis le 13 mars 2019.