Il faudra attendre deux mois supplémentaires pour connaître l’identité des promoteurs intéressés par le projet de revitalisation du Quartier Well Sud.

Well Sud reporté de deux mois

SHERBROOKE — Le projet de revitalisation choisi pour le Quartier Well Sud ne sera pas présenté en janvier comme prévu. C’est que l’ouverture des propositions, prévue le 8 novembre, a été reportée... au 18 janvier.

Dans un communiqué envoyé en fin de journée, la Ville de Sherbrooke dit qu’elle répond ainsi « favorablement à la demande de soumissionnaires potentiels, qui souhaitaient avoir plus de temps pour déposer un projet structurant pour le centre-ville de Sherbrooke ». 

Rappelons que la Ville prévoit toujours investir environ 25 M$ dans le projet, notamment pour les infrastructures souterraines, le stationnement et la décontamination. On prévoyait initialement une livraison du projet au début de 2021. Un appel de propositions avait été lancé en juillet.

« J’espère que c’est parce que les projets en travail sont tellement bons qu’ils ont besoin de plus de temps pour être déposés et que ce n’est pas annonciateur d’un manque d’intérêt des promoteurs... », a commenté le conseiller Vincent Boutin sur Facebook.

Annie Faucher, copropriétaire du Liverpool, lui faisait écho. « J’ai un énorme point d’interrogation dans le front en ce moment. Au fond, huit semaines, c’est quoi dans une vie? Est-ce que ça veut dire qu’en ce moment y a personne qui a un projet concret? Il y a à peine dix jours, on parlait toujours du 8 novembre dans les discussions avec les gens du comité aviseur. Je souhaite tellement que ce soit pour permettre aux promoteurs intéressés de finaliser des formalités juridiques ou autres et qu’on n’annoncera pas en janvier qu’il n’y a rien sur la table. [...] J’ose espérer que les élections municipales de 2017 n’auront pas été le clou dans le cercueil d’un dossier de développement économique plus qu’important pour le cœur de notre ville et l’image de celle-ci. »

Échéancier irréaliste

La conseillère de Sherbrooke Citoyen, Évelyne Beaudin, ne se montre pas surprise. « Je ne trouvais pas notre échéancier initial très réaliste. J’espère qu’on nous rejouera pas le film de l’année passée en janvier. C’est fâchant, mais la seule chose qu’on peut faire, c’est se croiser les doigts et attendre. »

Mme Beaudin ne craint pas que l’enveloppe des propositions soit vide au moment de l’ouvrir en janvier. « Je préférerais qu’il n’y ait aucun projet plutôt que de n’en avoir qu’un qui ne soit pas intéressant. S’il n’y a pas de projet, nous pourrons approcher des promoteurs directement. Ce serait une mauvaise nouvelle parce que ça retarderait encore la revitalisation, mais dans un cas comme celui-là, il serait mieux de prendre notre temps pour bien faire les choses. »

Une telle situation ne donnerait-elle pas raison à l’ex-maire Bernard Sévigny, qui affirmait avoir opté pour une entente de gré à gré, pour l’idéation de Well inc., parce que personne d’autre n’était intéressé? « Si c’est le cas, au moins, nous aurons la conscience tranquille », dit Mme Beaudin.

La Tribune a pu confirmer avec des sources autres que la Ville de Sherbrooke que des promoteurs avaient bel et bien demandé plus de temps pour travailler leur projet. Ils auraient aussi posé des questions d’éclaircissement. Dans l’addenda confirmant le report de l’ouverture des propositions, il est précisé que le loyer de base pour les baux de location à être signés avec la Maison de l’entrepreneuriat doit être égal ou inférieur à 15 $ le pied carré. Il est aussi mentionné que la Ville n’offrira pas de compensation financière aux proposeurs en cas d’annulation de l’appel de propositions. Le coût de construction du stationnement causerait aussi des maux de tête aux promoteurs.

Il n’a pas été possible de parler à la présidente du comité de revitalisation du centre-ville, Chantal L’Espérance.