La Ville de Sherbrooke a officialisé son entente d’exclusivité avec le consortium EXP/Custeau pour la réalisation du concept d’Espace Centro, concept ayant remporté l’appel de propositions pour la revitalisation du Quartier Well Sud.

Well Sud : les discussions s’ouvrent

La Ville de Sherbrooke a officialisé son entente d’exclusivité avec le consortium EXP/Custeau pour la réalisation du concept d’Espace Centro, concept ayant remporté l’appel de propositions pour la revitalisation du Quartier Well Sud. La conseillère Évelyne Beaudin a formulé le souhait que les élus puissent influencer le concept en cours de route. Une soirée d’information avec le promoteur se tiendra par ailleurs le 19 juin, à 18 h 30, au Musée de la nature et des sciences.

« L’entente d’exclusivité est la suite logique du processus. Nous travaillerons avec le consortium pour faire évoluer le projet vers nos besoins et rencontrer les besoins du projet privé », résume Chantal L’Espérance, conseillère du district du Lac-des-Nations et présidente du comité de revitalisation du centre-ville.

Paul Gingues s’est inquiété que l’entente fasse état de démarches qui se déroulent dans la plus grande confidentialité. « Je le comprends, mais j’imagine que c’est quand même le conseil qui aura le dernier mot. Pour ça, il faudra que nous soyons bien informés des résultats des négociations. Je pense entre autres au coût de location des locaux. Pour moi, la confidentialité ne veut pas dire à n’importe quel prix. »

Trop de cases de stationnement?

Évelyne Beaudin se demande à quel point il sera possible de modifier le projet du Quartier Well Sud. « Ce qui est le plus intéressant dans ce projet par rapport à l’ancien, c’est que nous avons du temps. Je me questionne encore une fois sur le nombre d’espaces de stationnement, à savoir si nous pouvons le réduire davantage.

« On essaie d’adopter un projet qui sera bon pour 75 ans, mais on espère que les habitudes de déplacement auront changé. On pourrait être plus conservateurs dans le nombre de cases de stationnement et si on se rendait compte qu’il est plus utilisé qu’on croit, on pourrait s’ajuster au moment de reconstruire le stationnement Webster. »

Nicole Bergeron indique que le montant minimal de cases pour le stationnement avait été fixé par la Ville, le nombre devrait rester sensiblement le même.


«  Ce qui est le plus intéressant dans ce projet par rapport à l’ancien, c’est que nous avons du temps. Je me questionne encore une fois sur le nombre d’espaces de stationnement, à savoir si nous pouvons le réduire davantage.  »
Évelyne Beaudin

La directrice du Service des affaires juridiques, Line Chabot, a ajouté que les élus pourront formuler leurs demandes et que les fonctionnaires justifieront les exigences indiquées dans l’appel de propositions. Le promoteur répondra pour sa part sur la faisabilité du changement pour son projet privé. « Quand le promoteur viendra vous rencontrer, ce sera le temps de présenter vos demandes. »

Chantal L’Espérance rappelle que de nouveaux projets qui verraient le jour dans le secteur pourraient entraîner une pression sur le stationnement au centre-ville. « L’idée c’est de profiter de la dénivellation entre la rue Wellington et la rue du Dépôt pour faire disparaître les stationnements étagés qui sont moins esthétiques. »

Le projet sera présenté à huis clos aux élus le 10 juin. Il sera ensuite présenté à nouveau en public au conseil le 2 juillet. L’entente avec le promoteur sera présentée au conseil cet automne. Selon le maire Steve Lussier, les travaux de construction pour l’Espace Centro pourraient commencer en janvier 2020.

Rappelons que la Ville prévoit investir 25 M$ dans le projet. L’entente d’exclusivité est valide pour une période de six mois.

L’an dernier, la Ville confirmait que le terrain de l’ancien Maysen Pub est contaminé aux hydrocarbures, entre autres en raison de la présence de stations-service sur la rue Wellington Sud dans le passé.

L.P. Royer devient finalement propriétaire sur Wellington Sud

L.P. Royer, entreprise spécialisée dans la conception, la fabrication et la commercialisation de bottes et de souliers, achète officiellement le terrain de l’ancien Maysen Pub, situé au 37-45, rue Wellington Sud. Cette transaction survient deux ans après que l’offre d’achat initiale eut été acceptée par la Ville de Sherbrooke. Elle n’avait toutefois jamais été entérinée, notamment en raison de la contamination du site. Le président de l’entreprise n’a pour le moment pas de projet concret à annoncer.

L’offre d’achat de 255 000 $ avait été déposée le 23 mai 2017 avant d’être acceptée par le conseil municipal le 5 juin de la même année. L’acheteur pouvait toutefois réaliser des tests de sol avant la signature de l’acte de vente. Les tests avaient révélé que le coût de construction du projet pouvait augmenter significativement en raison de la contamination. La Ville s’est depuis engagée à rembourser les frais de décontamination jusqu’à concurrence du prix d’achat. En contrepartie, L.P. Royer s’engage à présenter toute demande de subvention acceptable et à remettre les sommes obtenues.

Projets

L.P. Royer avait à l’origine l’intention d’établir son centre d’innovation sur la rue Wellington Sud et d’occuper 10 000 pieds carrés dans un immeuble qui offrirait d’autres espaces locatifs. L’entreprise a depuis décidé d’ériger une nouvelle usine dans le parc industriel.

« Pour l’instant, nous sommes à réfléchir à ce que nous ferons exactement sur la rue Wellington Sud. Ça aide de voir que le projet principal (Quartier Well Sud) ira de l’avant. Le fait que ça pourrait bouger est encourageant », commente Simon La Rochelle, président de L.P. Royer.

Il n’y a pour l’instant aucun échéancier pour un projet sur le terrain où a entre-temps été aménagé un parc éphémère. Le coût d’une éventuelle décontamination n’a pas été déterminé non plus, même si la Ville avait avancé le chiffre maximum de 250 000 $ l’an dernier. « Ça dépendra du projet. Nous devrons décontaminer seulement si nous choisissons de construire un volet résidentiel. Nous avons toutefois une volonté de mixité des usages au centre-ville pour que le quartier soit dynamique après 17 h. Nous devons encore nous asseoir avec notre architecte, mais notre usine du parc industriel comblera nos besoins à court terme. Il n’y a donc pas d’urgence. Nous pourrons évaluer nos besoins de croissance et nous tenterons de nous coller au projet du Quartier Well Sud. Ça nous motivera à suivre un échéancier similaire. »

Une chose est certaine, Simon La Rochelle souhaite que le projet demeure dans l’esprit du projet initial, soit l’entrepreneuriat.

L’an dernier, la Ville confirmait que le terrain de l’ancien Maysen Pub est contaminé aux hydrocarbures, entre autres en raison de la présence de stations-service sur la rue Wellington Sud dans le passé.