La journée de mercredi a été difficile pour le Directeur général des élections du Québec. Un problème informatique a causé plusieurs pépins, notamment pour ce qui est du changement d’adresse, ce qui a entraîné des délais importants au bureau de vote par anticipation installé à l’Université.

Vote par anticipation à l'UdeS : délais décourageants

Clothilde Gagné-Doyon, étudiante à l’Université de Sherbrooke, a dû attendre plus de deux heures afin de pouvoir exercer son droit de vote par anticipation mercredi. Elle déplore cette situation.

« J’ai attendu 2 heures et 10 minutes, explique Mme Gagné-Doyon. Encore là, ce n’est pas beaucoup lorsqu’on compare à ce midi [jeudi]. La file était atrocement longue. Ça serpentait entre les allées dans la cafeteria. »

« J’ai l’impression que c’est une problématique, car j’ai vu beaucoup de gens revirer de bord et décider d’aller voter dans leur circonscription. Je trouve ça dommage, car lorsqu’on regarde les sondages, c’est très serré et tous les votes vont compter. Je pense que ça aurait pu avoir un impact », analyse l’étudiante.

Pourquoi vouloir absolument voter à Sherbrooke? « Je ne vis plus dans ma région, donc je ne suis plus au courant des enjeux et je ne connais pas beaucoup les candidats, explique Mme Gagné-Doyon. La vie à Sherbrooke me concerne beaucoup. Par ailleurs, le parti pour lequel je veux voter n’avait pas beaucoup de chances dans ma circonscription alors qu’il a beaucoup de chances à Sherbrooke. Je peux donc voter stratégiquement et en fonction de mes valeurs. »

Clothilde Gagné-Doyon suggère que plus d’employés soient engagés afin de mieux répondre aux demandes à l’avenir.

Partout au Québec

La journée de mercredi a été difficile pour le Directeur général des élections du Québec. Un problème informatique a causé plusieurs pépins, notamment pour ce qui est du changement d’adresse.

Pour corriger la situation, le DGEQ a allongé les heures de scrutin jeudi. Le vote devait se terminer à 14 h, mais a été prolongé à 16 h.