Utiliser une crème hydratante après le lavage des mains ne permettra pas au virus de s’y accrocher. Au contraire, cela va permettre à la peau de mieux jouer son rôle de barrière protectrice, de soulager l’inconfort et de diminuer les risques que la peau se dégrade encore plus.
Utiliser une crème hydratante après le lavage des mains ne permettra pas au virus de s’y accrocher. Au contraire, cela va permettre à la peau de mieux jouer son rôle de barrière protectrice, de soulager l’inconfort et de diminuer les risques que la peau se dégrade encore plus.

Comment épargner sa peau?

Q: «Avec le lavage des mains et la désinfection des surfaces, je me retrouve avec les mains très sèches et crevassées au bout des doigts. Est-il sécuritaire d’utiliser une lotion hydratante? Ou est-ce que cela permettrait au virus de pénétrer plus facilement la peau?» demande Michèle Simard, de Québec.

R: Utiliser une crème hydratante après le lavage des mains ne permettra pas au virus de s’y accrocher. Au contraire, cela va permettre à la peau de mieux jouer son rôle de barrière protectrice, de soulager l’inconfort et de diminuer les risques que la peau se dégrade encore plus.

Les études menées à date montrent que le SARS-Cov-2 qui donne la COVID-19 ne peut pas pénétrer dans l’organisme par une coupure ou de la peau gercée. Mais d’autres microbes, par contre, peuvent profiter des craquelures dans la peau pour y engendrer des infections. La peau malmenée par les lavages répétés peut aussi, chez certaines personnes, donner naissance à une réaction inflammatoire, la dermatite ou eczéma, qui engendre des rougeurs, démangeaisons, cloques ou suintements pouvant être très pénibles. Il y a toutefois des moyens de limiter ces réactions et les dermatologues conseillent à tous de ne pas cesser de se laver les mains pour autant.

La peau contient environ 70 % d’eau, qui lui permet de bien jouer son rôle de barrière entre l’intérieur du corps et l’extérieur, lui conférant à la fois souplesse et résistance. L’eau est surtout présente dans les couches de cellules les plus profondes de la peau, qui forment le derme. Plus près de la surface, des lipides, des molécules de gras, maintiennent la cohésion entre les cellules de l’épiderme et forment une barrière qui empêche l’eau des couches inférieures de s’évaporer. Les couches de cellules cutanées les plus en surface, le stratum corneum, contiennent de 20 à 30 % d’eau, mais les cellules y sont surtout tenues entre elles par des lipides. Les glandes sébacées secrètent aussi un film de lipides sur la peau, qui renforce cette protection.

Les molécules présentes dans le savon, comme nous l’avons déjà expliqué ici, agissent en «agrippant» à la fois les lipides et l’eau. Elles détruisent ainsi la couche externe du coronavirus, mais éliminent aussi les lipides à la surface de la peau et attaquent le stratum corneum. L’eau présente dans les couches plus profondes peut alors s’évaporer : la peau devient plus rigide et peut commencer à se fendiller. Les produits de nettoyage et de désinfection ont le même effet.

Pour réhydrater la peau, on ne peut pas juste lui apporter de l’eau, car elle ne va pas s’y «accrocher». On utilise donc des produits qui contiennent à la fois de l’eau et des lipides liés entre eux sous forme d’émulsions, qui ont plutôt un rôle anti-déshydratant.

Les crèmes ou lotions hydratantes peuvent contenir des ingrédients de plusieurs types. Certains, comme la vaseline ou la lanoline, jouent un rôle occlusif en empêchant l’eau de la peau de s’évaporer. Les crèmes type Aveeno contiennent surtout un autre occlusif non gras, la diméthicone, une sorte de silicone qui bloque le passage de l’eau. Les molécules dites émollientes, comme l’alcool cétéarylique ou le palmitate d’isopropyle, vont parvenir à se glisser entre les cellules du stratum corneum. On leur ajoute aussi souvent des agents humectants, comme la glycérine, l’urée ou le glycérol, qui vont avoir tendance à absorber l’eau environnante. 

Pour limiter les dégâts sur la peau du lavage répété des mains, les dermatologues recommandent les crèmes épaisses, qui sont souvent plus émollientes. Celles-ci peuvent aussi aider contre l’eczéma, selon un bilan des connaissances scientifiques réalisé par la collaboration Cochrane, un groupe international de scientifiques. Mais les crèmes à la cortisone (sans prescription lorsqu’elles en contiennent peu) sont les seuls à combattre la réaction d’inflammation qui provoque rougeurs, démangeaisons et cloques. 

Les dermatologues conseillent aussi de :

- se laver les mains à l’eau tiède, moins agressive que l’eau froide ou chaude

- très bien rincer le savon

- sécher en tamponnant plutôt qu’en frottant

- appliquer une crème hydratante immédiatement après le lavage et plusieurs fois par jour, de préférence sans parfum.

- mettre des gants pour toute autre tâche de lavage, de désinfection ou de jardinage, sur des mains bien sèches, et garder les gants le moins longtemps possible.

 - éventuellement, porter des gants de coton par-dessus une épaisse couche de crème hydratante pendant la nuit

- boire plus ne sert à rien.

Le gel hydro-alcoolique est moins efficace que le savon pour éliminer le coronavirus, il est aussi desséchant, et il est peu efficace sur des mains sales ou graisseuses. On peut toutefois hydrater la peau après avoir utilisé du gel, une fois qu’il est bien sec, mais mieux vaut privilégier le lavage à l’eau et au savon.

___

La COVID-19 suscite énormément de questions. Afin de répondre au plus grand nombre, des journalistes scientifiques ont décidé d’unir leurs forces. Les médias membres de la Coopérative nationale de l’information indépendante (Le Soleil, Le Droit, La Tribune, Le Nouvelliste, Le Quotidien et La Voix de l’Est), Québec Science et le Centre Déclic s’associent pour répondre à vos questions. Vous en avez? Écrivez-nous. Ce projet est réalisé grâce à une contribution du Scientifique en chef du Québec, qui vous invite à le suivre sur Facebook, Twitter et Instagram.