Pourquoi la pandémie ne recule pas aux États-Unis comme en Europe?

Monde

Pourquoi la pandémie ne recule pas aux États-Unis comme en Europe?

Ivan Couronne
Agence France-Presse
Issam Ahmed
Agence France-Presse
WASHINGTON — La courbe du coronavirus retombe en Europe, mais les États-Unis sont bloqués depuis deux mois sur un «plateau», signe selon les experts que l’épidémie américaine en cache plusieurs, gérées de façons diverses selon les régions et les affinités politiques.
Jean-François Cliche
Le Soleil
Jean-François Cliche
La COVID-19 peut-elle laisser des séquelles psychologiques ?

Science

La COVID-19 peut-elle laisser des séquelles psychologiques ?

SCIENCE AU QUOTIDIEN / «Mon père de 96 ans est officiellement rétabli de la COVID-19 depuis le 24 mai, après 3 semaines à l’hôpital et une semaine malade à sa résidence. Il n’a jamais été aux soins intensifs. Cependant, il aurait dû débuter un peu de physiothérapie la semaine dernière mais a catégoriquement refusé à chaque essai. On nous dit qu’il crie de le laisser tranquille, qu’il est malade et trop fatigué. Il a même fait peur à une préposée avec son attitude. Ça ne ressemble pas du tout à mon père, qui a toujours été un homme aimable, cohérent et actif. Alors est-ce que la COVID-19 laisse des traces psychologiques ? Ou une espèce de traumatisme ?», demande Suzanne Perrault, de Saint-Lambert.
Combien coûteront les militaires en CHSLD?

COVID-19

Combien coûteront les militaires en CHSLD?

Élisabeth Fleury
Élisabeth Fleury
Le Soleil
Combien coûte le déploiement des militaires dans les CHSLD? Quelles indemnités de risque reçoivent-ils? Le ministère de la Défense est incapable de nous le dire, des discussions étant «toujours en cours» à ce sujet.
Survol de certaines recherches liées à la COVID-19 menées dans le monde [3 juin]

Science

Survol de certaines recherches liées à la COVID-19 menées dans le monde [3 juin]

Bob Weber
La Presse Canadienne
Des milliers de scientifiques dans le monde entier sont à pied d’oeuvre pour tenter de lutter contre la pandémie de COVID-19. Voici un résumé de certaines recherches récentes, qui ont été menées par des revues académiques ou des agences scientifiques, et qui ont généralement été révisées par des pairs:
Pas simple, de faire un vrai bon masque...

COVID-19

Pas simple, de faire un vrai bon masque...

Jean-François Cliche
Jean-François Cliche
Le Soleil
Le coton ou polyester? Les filtres à café, est-ce que ça «marche»? Un coup parti, pourquoi ne pas essayer les filtres d’aspirateur? L’Institut de recherche en santé et sécurité au travail (IRSST) a testé toute une série de matériaux d’usage courant (et moins courant) ces dernières semaines, avec une conclusion un brin décourageante : faire un «masque maison» vraiment efficace n’est pas impossible, mais c’est loin d’être simple…
La vitamine C pour aider les patients COVID-19 ?

Actualités

La vitamine C pour aider les patients COVID-19 ?

Marie-Christine Bouchard
Marie-Christine Bouchard
La Tribune
La vitamine C viendrait-elle en aide aux patients infectés par la COVID-19? La question se pose. En effet, la vitamine C fait partie d’une courte liste de traitements potentiels de la COVID-19 méritant une évaluation rigoureuse selon l’Organisation mondiale de la Santé (OMS). Menant déjà une étude sur la question, les Drs François Lamontagne et Neill Adhikari de l’Université de Sherbrooke viennent de lancer une étude complémentaire visant à évaluer les effets de la vitamine C pour tous les cas de COVID-19 nécessitant une hospitalisation.
La COVID-19 et l’influenza: moins de virus respiratoires en vue

COVID-19

La COVID-19 et l’influenza: moins de virus respiratoires en vue

Léa Harvey
Léa Harvey
Le Soleil
En plus d’une possible deuxième vague de COVID-19, l’automne ramènera avec lui le temps gris, la pluie, et aussi… la grippe. Bonnes nouvelles, les virus respiratoires pourraient être moins présents et le vaccin contre l’influenza donnera le soutien habituel... en autant que ceux qui en ont besoin aillent le chercher.
Survol de recherches liées à la COVID-19 menées dans le monde

Science

Survol de recherches liées à la COVID-19 menées dans le monde

Bob Weber
La Presse Canadienne
Des milliers de scientifiques dans le monde entier sont à pied d’oeuvre pour tenter de lutter contre la pandémie de COVID-19. Voici un résumé de certaines recherches récentes, qui ont été menées par des revues académiques ou des agences scientifiques, et qui ont généralement été révisées par des pairs:
COVID-19: que sait-on de l’hydroxychloroquine?

COVID-19

COVID-19: que sait-on de l’hydroxychloroquine?

Julie Charpentrat
Agence France-Presse
PARIS — Le Brésil généralise son usage, Donald Trump en prenait tous les jours jusqu'à dimanche, mais l’Organisation mondiale de la santé (OMS) suspend «temporairement» ses essais cliniques après une nouvelle étude évoquant des risques de décès accru : que sait-on de la très controversée hydroxychloroquine — dérivée de l’antipaludéen chloroquine — actuellement expérimentée dans plusieurs pays contre la COVID-19?
Jean-François Cliche
Le Soleil
Jean-François Cliche
La COVID-19 survit bien dans l’eau (mais on ne l'attrapera pas en nageant)

Science

La COVID-19 survit bien dans l’eau (mais on ne l'attrapera pas en nageant)

SCIENCE AU QUOTIDIEN / «Est-ce que le virus de la COVID-19 peut survivre dans l’eau non chlorée comme celle des lacs ? Son enveloppe «graisseuse» le fait-il flotter en surface pour lui permettre ensuite d’infecter les personnes qui profitent d’une bonne baignade ?», demande Paule Boisseau, de Québec. De son côté, Marie Morneau, elle aussi de Québec, aimerait savoir : «Quand les piscines vont rouvrir, privées comme publiques, est-ce que le fait qu’on y mette du chlore assurera la sécurité des baigneurs contre la COVID-19 ?»

Désinfecter son masque à la vapeur?

Vos questions sur la COVID-19

Désinfecter son masque à la vapeur?

Jean-François Cliche
Jean-François Cliche
Le Soleil
Q «Un ami m’a fait parvenir un document qui dit qu’on peut désinfecter des masques en les laissant 15 secondes au-dessus de l’eau bouillante, puis en les repassant au fer chaud. Ma conjointe travaille en pharmacie et, chaque jour à son retour de travail, elle doit laver ses masques, alors j’aimerais vraiment savoir si cette technique est bonne», demande André Nadeau.
COVID-19: peu d’enfants admis aux soins intensifs

COVID-19

COVID-19: peu d’enfants admis aux soins intensifs

Stéphane Blais
La Presse Canadienne
Seulement onze enfants âgés de 2 à 19 ans avaient été admis aux soins intensifs en date du 6 mai en raison de la COVID-19, alors que les moins de 20 ans représentait 6 % de tous les cas déclarés, révèle un document publié jeudi par l’Institut national de santé publique du Québec (INSPQ).
14 000 tests par jour: pourquoi le Québec n’y arrive pas?

COVID-19

14 000 tests par jour: pourquoi le Québec n’y arrive pas?

Élisabeth Fleury
Élisabeth Fleury
Le Soleil
Alors que le Québec se déconfine de plus en plus, la capacité de dépistage de la COVID-19 n’a toujours pas atteint les 14 000 tests quotidiens promis. Le ministère de la Santé avance deux hypothèses pour expliquer le problème: soit qu’avec l’arrivée du beau temps, le nombre de personnes présentant des symptômes compatibles avec la COVID-19 diminue, soit les gens ne se déplacent pas en clinique de dépistage.
Des huiles essentielles contre la COVID-19?

Vos questions sur la COVID-19

Des huiles essentielles contre la COVID-19?

Jean-François Cliche
Jean-François Cliche
Le Soleil
Q: «J’ai lu récemment un article qui parlait d’une entreprise qui importait du thymol [ndlr : une molécule présente dans le thym] pour fabriquer un désinfectant contre le coronavirus. Le docteur Jean Valnet qui a écrit le livre Aromathérapie : traitement des maladies par les essences des plantes, utilisait trois fois par jour de trois à cinq gouttes d’huile essentielle de thym de qualité phytothérapique pour soigner différentes affections. Est-ce que l’huile essentielle de thym à été testée pour soigner la COVID-19?» demande Sylvain Allard, de Chicoutimi.
Pourquoi les courbes stagnent-elles au Québec au lieu de reculer?

Vos questions sur la COVID-19

Pourquoi les courbes stagnent-elles au Québec au lieu de reculer?

Jean-François Cliche
Jean-François Cliche
Le Soleil
Q: «Cela fait maintenant des semaines que les frontières sont fermées et que la population est en confinement, mais on annonce toujours plusieurs centaines de nouveaux cas de COVID-19 chaque jour au Québec. Comment l’expliquer? Les gens ne respectent pas les règles de distanciation? Sont-ce surtout les travailleurs de la santé qui propagent la maladie? Un mélange des deux?» demande Normand Gagné, de Québec.
Quelle proportion des tests sont positifs ?

Vos questions sur la COVID-19

Quelle proportion des tests sont positifs ?

Jean-François Cliche
Jean-François Cliche
Le Soleil
Q : «Je me questionne sur les chiffres qui nous sont fournis concernant la pandémie. Quel sens doit-on donner au nombre de nouveaux cas détectés si on ne connait pas le nombre de tests de dépistage effectués ? En faisant moins de tests, nous aurions clairement moins de cas, mais cela ne voudrait pas dire grand-chose. Est-ce que le pourcentage de tests positifs ne serait pas un meilleur indicateur ?», demande Guy Dufresne, enseignant-physicien, de Stoke.
Désinfectants: pas de résistance en vue

Vos questions sur la COVID-19

Désinfectants: pas de résistance en vue

Jean-François Cliche
Jean-François Cliche
Le Soleil
Q: «Si la surutilisation des antibiotiques peut mener à l’apparition d’une résistance chez les bactéries, est-ce que l’usage maintenant généralisé et systématique de désinfectants divers, tuant «99,9 % des germes» comme disent les pubs, ne pourrait pas mener à des virus et des bactéries plus difficiles à tuer?» demande Patrick Bourgeois, de Montréal.
La COVID-19 peut-elle se transmettre lors d’une relation sexuelle?

Vos questions sur la COVID-19

La COVID-19 peut-elle se transmettre lors d’une relation sexuelle?

Jean-François Cliche
Jean-François Cliche
Le Soleil
Q: «Mon conjoint et moi ne vivons pas ensemble. Nous sortons marcher après le point de presse, en restant éloignés. Alors on se demande si les relations sexuelles deviendraient à risque dans ce contexte? La salive peut être contaminée, mais qu’en est-il des fluides corporels et du toucher de la peau?» demande Claude Bertrand, de Québec.