Kayla Bolduc, qui vient de terminer son cours de préposée aux bénéficiaires (PAB) dans le cadre d’un programme travail-études, a été parrainée par et Lylia Nikolic à titre de PAB expert. Elles se trouvent toutes les deux en compagnie de Noëlla Goulet, une résidente du CHSLD Saint-Joseph.

Virage à 180 degrés pour devenir préposés aux bénéficiaires

Sébastien Boisclair en avait assez de son travail. À 46 ans, il était opérateur de machinerie; de très longues heures de travail l’été, le chômage l’hiver. Il avait envie de faire un changement de cap. De se rapprocher de l’être humain. De faire une différence dans la vie de certaines personnes. « Mais comment faire quand on a besoin d’un emploi pour payer ses factures? En plus, je n’avais pas une grande scolarité. Je ne pensais pas que je pouvais retourner aux études », dit-il.

Le défi était grand. Il se sentait dans l’impasse. Mais un jour, un conseiller d’Emploi Québec a vu sur son curriculum vitae qu’il avait déjà travaillé dans une résidence privée pour aînés. Et s’il était possible de faire un programme de formation pour devenir préposé aux bénéficiaires (PAB) ou auxiliaire de santé et sociaux (ASSS) tout en occupant un emploi rémunéré pendant ses études dans un CHSLD?

Tout allait changer. Le virage à 180 degrés devenait possible.

Scénario similaire pour Milagros Manrique Miranda, une Péruvienne d’origine qui travaillait dans le domaine du service à la clientèle depuis bien des années. Elle aussi avait envie de faire un virage vers l’humain. Mais être dix mois aux études sans le moindre salaire? À 48 ans, c’est une avenue qui lui semblait plutôt difficile à envisager. Mais si on parlait plutôt de neuf semaines sans salaire? Voilà qui semblait beaucoup plus réaliste en faisant quelques sacrifices. Et c’est cette chance que lui offrait le Lennoxville Vocational Training Centre (CFP Lennoxville) avec sa formation Assistance à la personne en établissement et à domicile offert sous la forme de travail-études.

Sébastien Boisclair et Milagros Manrique Miranda sont présentement en train d’étudier dans la deuxième cohorte de PAB formés par le CFP Lennoxville en alternant travail et études. Et jusqu’à présent, ils sont enchantés.

Annabelle Ménard, Milagros Manrique Miranda, Manon Labrie et Sébastien Boisclair sont tous les quatre étudiants dans la deuxième cohorte de PAB formés par le CFP Lennoxville en alternant travail et études. La possibilité de gagner un salaire pendant leurs études a joué un grand rôle dans leur décision de changer de cap.

Alors, comment ce programme fonctionne-t-il?

D’abord, notons que le CIUSSS de l’Estrie-CHUS vient d’annoncer que trois nouveaux centres de formation professionnelle offriront désormais le programme travail-études pour cette formation, soit le Centre de formation Le Granit de Lac-Mégantic, le Centre 24-Juin de Sherbrooke et le Centre de formation professionnelle de Coaticook-CRIFA, qui se joignent au Centre régional intégré de formation de Granby et au CFP Lennoxville.

Ainsi, un étudiant inscrit pour devenir PAB dans l’un de ces centres pourra avoir un emploi rémunéré pendant ses études dans un CHSLD ou avec l’équipe de soutien à domicile de sa région après une formation initiale qui, selon les maisons d’enseignement, varie de 9 à 16 semaines.

Ensuite, les étudiants auront la possibilité de travailler à un taux horaire de 17,95 $ de un à cinq jours par semaine selon la formule choisie par le centre de formation professionnelle, la période de l’année et ses disponibilités. Les autres journées de la semaine seront consacrées aux apprentissages en classe.

« Un emploi est garanti à la réussite du programme », précise Marlène Lessard, chargée de projet dans le cadre du programme travail-études en soins d’assistance au CIUSSS de l’Estrie-CHUS.

Les PAB en formation seront intégrés dans des CHSLD où le manque de main-d’œuvre est criant. D’abord, ils effectueront une ou deux journées d’observation. Ensuite, ils commenceront à mettre la main à la pâte pour aider les employés sur le plancher qui, c’est une réalité, travaillent souvent avec un déficit de personnel.

« Les PAB étudiants, que l’on appelle les apprentis de métier en soins d’assistance, ne remplacent pas un PAB absent. Ils sont là en surplus, c’est de l’aide supplémentaire », tient à souligner Marlène Lessard.

Une aide supplémentaire qui a été très, très appréciée au CHSLD Saint-Joseph, là où s’est tenu le projet-pilote avec les huit premières étudiantes du CFP Lennoxville.

« Ce projet a été bien monté. Dès le début, on a été consultés. On avait les bons outils en place, une marche à suivre logique, simple et efficace », soutient Elen Labbé, qui a agi comme « PAB expert » grâce à ses 21 années d’expérience.

Avoir la vocation de préposé aux bénéficiaires (PAB) dans le sang et avoir envie de partager son savoir avec des étudiants: voilà ce qui animé les PAB Jonathan Fortin, Elen Labbé, Germain Nadeau et Nathalie Fortier pendant qu’ils agissaient à titre de préposés-experts dans le cadre de programme de formation travail-études.

Les PAB experts sont ceux qui agissent à titre de mentors, d’accompagnateurs pour les PAB.

L’arrivée d’étudiantes en apprentissage sur le terrain n’a-t-il pas été perçu comme une tâche supplémentaire à abattre, celle de les former et de répondre à leurs nombreuses questions?

« Non! Ç’a toujours bien été. On voulait que les étudiantes apprennent, on voulait qu’elles s’intègrent bien, on voulait  que ce soit agréable pour elles de travailler avec nous. On voulait qu’elles choisissent de rester avec nous à la fin de leur formation! Nous, ici, au CHSLD Saint-Joseph, c’est vrai que l’on travaille souvent à -1 ou -2 dans des équipes, mais dans ce temps-là, on ne baisse pas les bras, on ne vient pas travailler à reculons, on choisit de se relever les manches. Il y a beaucoup d’entraide entre nous », lance une autre PAB expert, Nathalie Fortier, qui pratique le métier (sa passion, insiste-t-elle) depuis 12 ans.

Et ces PAB experts ont contribué à former une relève solide. C’est notamment le cas de Kayla Bolduc, 18 ans. Elle vient de terminer sa formation… la voici PAB depuis trois semaines!

« Je travaillais dans un restaurant. J’aime beaucoup socialiser, travailler avec les gens, aider, et je voulais faire plus. Mais je n’ai jamais aimé l’école. Je n’avais pas de bons résultats. Il n’était pas question pour moi de retourner à l’école, jamais. Mais ma mère a entendu parler de ce programme travail-études et elle a insisté pour que je m’inscrive. Une chance qu’elle l’a fait! » soutient la jeune femme qui se sent complètement dans son élément et que la perspective de faire des quarts de travail de fins de semaine ou de soir, entre autres, ne dérange aucunement.

« C’est vraiment un travail agréable. Je suis sur l’équipe volante, je change souvent de département. Mais il y a une chose qui ne change pas, peu importe le département, c’est l’approche humaine. Les résidents, ils sont tous fins! » s’exclame-t-elle.

À ses côtés, sa PAB expert ne cache pas sa fierté. « Dès la première journée, ç’a très bien été avec Kayla. Elle a été d’une aide très précieuse pour nous dès ses premières journées de travail », soutient Ljilja Nikolic, PAB depuis sept ans.

Travail et études dans sa région

Le CIUSSS de l’Estrie-CHUS recherche des préposé aux bénéficiaires (PAB) ou auxiliaire de santé et sociaux (ASSS) partout sur son territoire; encore 150 manquent à l’appel pour combler les besoins de la saison estivale. Pas seulement à Sherbrooke. À Lac-Mégantic, à Magog, à Coaticook, à East Angus, les besoins sont partout.

«C’est pour cette raison que nous avons des collaborations avec des maisons d’enseignement partout sur notre territoire et que nous offrons aussi des stages dans des installations dans le milieu. Par exemple, un étudiant qui fait le programme au Centre de formation professionnelle de Coaticook-CRIFA pourrait travailler directement au CSSS de Coaticook», explique Marlène Lessard, chargée de projet dans le cadre du programme travail-études en soins d’assistance au CIUSSS de l’Estrie-CHUS.

Pour démarrer des cohortes, les maisons d’enseignement ont besoin d’étudiants. Et pour faire connaître le programme Assistance à la personne en établissement et à domicile, le CIUSSS de l’Estrie-CHUS et les maisons d’enseignement organisent plusieurs événements dans le but de rencontrer les personnes intéressées par la formation. La programmation est disponible sur le site wwww.besoindevous.ca.