Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
La Chasse aux lutins à CentrÔville a attiré au moins 8500 personnes depuis le 4 décembre.
La Chasse aux lutins à CentrÔville a attiré au moins 8500 personnes depuis le 4 décembre.

Vif succès pour la Chasse aux lutins

Jonathan Custeau
Jonathan Custeau
La Tribune
Article réservé aux abonnés
La Chasse aux lutins à CentrÔville semble avoir fait oublier l’absence du défilé du père Noël à Sherbrooke. L’activité bâtie en quelques semaines par Destination Sherbrooke, en collaboration avec Commerce Sherbrooke et Féeries hivernales, a attiré au moins 8500 personnes depuis le 4 décembre, un chiffre bien au-delà des attentes. La balade scintillante, qui visait à mettre en valeur les maisons décorées pour Noël, aura pour sa part diverti au moins 37 000 personnes.

Rappelons que la Chasse aux lutins, qui se déroule encore jusqu’au 10 janvier, consiste en une promenade entre le Marché de la gare et la rue Frontenac pour découvrir des vitrines de commerces décorées spécialement pour le temps de Fêtes. En tout, dix-huit arrêts stations, assorties d’autant d’énigmes pour les petits, permettent de redécouvrir le centre-ville de façon ludique.

« Ces données sont préliminaires, mais nous sommes ravis, puisque nous avions estimé que l’activité serait un succès à partir de 3000 visites », résume Amélie Boissonneau, coordonnatrice aux communications à Destination Sherbrooke. 

Mme Boissonneau affirme que les commerçants de la rue Alexandre sont particulièrement heureux de l’achalandage provoqué par ces marches familiales organisées.

« Quand nous avons vu que le défilé du père Noël était annulé, nous nous sommes retournés rapidement pour monter un projet intéressant, autant sur le plan commercial que celui du divertissement. Ce ne sont pas que les enfants qui ont apprécié l’activité, puisque des couples sans enfant ont aussi pris part à la chasse aux lutins. »

Il semble donc que la saison de trappe sera ouverte à nouveau vers la fin de 2021. « C’est certain qu’on essayera de reproduire l’activité. Ce qui est bien, c’est que le parcours et les décorations peuvent être différents chaque année. Les énigmes peuvent changer aussi. Il y a un potentiel pour se renouveler. Nous sommes conscients qu’il y a des endroits sur le parcours où il n’y a pas d’énigme, entre le Marché de la gare et la rue Alexandre, par exemple, ou sur la rue King, et malgré que nous avons pris toutes les mesures nécessaires pour assurer la sécurité des piétons, peut-être tenterons-nous de minimiser le nombre de traversées de rues. »

La Chasse aux lutins a coûté environ 30 000 $. « Les commerçants en ont profité davantage avant le resserrement des mesures sanitaires, mais il y a probablement un potentiel pour attirer des visiteurs de l’extérieur de la ville quand la crise de la COVID sera terminée. »

La chasse aux lutins devrait être de retour l’an prochain.

Balade scintillante

La carte interactive de la Balade scintillante a pour sa part été utilisée environ 37 000 fois. « On peut penser que les voitures qui sillonnaient la ville pour voir les décorations de Noël comptaient plusieurs passagers, donc que le nombre de personnes en ayant profité était plus élevé. Les Sherbrookois étaient invités à voter pour leurs décorations favorites et le gagnant est Eric Mackeage de la rue Carl, à Lennoxville. »

Ce projet pourrait se répéter lui aussi dans une dizaine de mois. « Il a donné lieu à de belles initiatives. Des familles ont fabriqué des certificats pour les décerner aux propriétaires de leurs décorations préférées. C’est une idée qui a été partagée beaucoup sur internet pendant les Fêtes », raconte Amélie Boissonneau.