Une adolescente de 16 ans a été happée par un véhicule conduit par un autre élève de la polyvalente La Frontalière alors que l’habitacle avait volontairement été enfumé.

Victime d’un défi des médias sociaux?

Alors qu’elle se rendait à l’école à la polyvalente La Frontalière de Coaticook, Lydia Tremblay est devenue bien malgré elle victime de ce qu’elle croit être un nouveau défi des réseaux sociaux.

L’adolescente de 16 ans a été happée par un véhicule conduit par un autre élève de l’école alors que l’habitacle avait volontairement été enfumé. L’incident est survenu au début mai dernier, sur la rue Saint-Jean-Baptiste à Coaticook.

Les deux adolescents impliqués dans cette affaire avaient vapoté dans le véhicule à un point tel que la fumée avait complètement envahi l’habitacle. Ils ont par la suite avancé dans le stationnement du centre sportif de l’école secondaire avant de frapper l’adolescente.

« L’auto arrivait tranquillement dans le stationnement du centre sportif. J’avais le dos tourné. Je me suis retournée et j’ai constaté qu’il ne s’arrêtait pas, puis il m’a ramassée. Tout s’est passé vite. J’ai fait un pas de côté pour qu’il ne me frappe pas, mais il m’a atteint sur le côté », explique Lydia Tremblay.

Sa mère Gabrielle Dupuis estime qu’un enfant serait passé sous les roues du véhicule.

« Il y a de la boucane qui est sortie du véhicule. Le conducteur a dit qu’il y avait eu un bris mécanique. Il a plutôt tenté de relever un défi de fumer le plus possible et de prendre le volant avec l’habitacle enfumé. Ça n’a pas de sens ce type de défi de fumer dans un véhicule et de conduire. L’un des deux conducteurs semble vouloir contester la contravention pour conserver son permis de conduire », explique Gabrielle Dupuis qui mentionne que c’est cet élément qui incite la famille à rendre publique cette affaire.

« J’avais entendu parler de ça à l’école, ce type de défi », ajoute la sœur de la victime, Mariemay Tremblay, qui a été témoin de la scène.

« Ils m’ont appelé sur mon cellulaire. Je suis allé à l’école. Je pensais que ce n’était pas volontaire. On a retrouvé des témoins de l’accident », explique le père de la victime, Christian Tremblay.

Le policier en milieu scolaire de la Sûreté du Québec affecté à l’école secondaire La Frontalière a été informé de cet accident.

La SQ n’a cependant pas voulu commenter, mais confirme que des constats d’infraction ont été donnés.


« Ce qui nous frustre, c’est l’absence de remords dans toute cette affaire. Les deux jeunes ont refusé de rencontrer notre fille pour s’excuser. »
Christian Tremblay

« Ce qui nous frustre, c’est l’absence de remords dans toute cette affaire. Les deux jeunes ont refusé de rencontrer notre fille pour s’excuser », indique Christian Tremblay.

« J’ai maintenant peur des voitures en marchant. J’ai vécu un choc post-traumatique », explique Lydia Tremblay.