Plusieurs propriétaires sherbrookois sont aux prises avec des pelouses infestées de vers blancs, à nouveau cette année.

Vers blancs : Sherbrooke interdira les traitements préventifs

À partir d’octobre, il ne sera plus permis d’effectuer des traitements préventifs contre les vers blancs à moins de démontrer une infestation. La Ville de Sherbrooke considère en ce sens qu’une infestation se définit pour chacun des terrains séparément.

Les conseillères Nicole Bergeron et Évelyne Beaudin auraient préféré que le règlement entre en vigueur dès maintenant.

Lire aussi: Vers blancs: les traitements généralement inutiles, dit la Ville

Infestation majeure de vers à Sherbrooke

En 2017, plus de 2700 traitements à l’aide de pesticides qui ne sont pas à faible impact ont été tolérés sur le territoire de la Ville de Sherbrooke. Les traitements préventifs sur des terrains n’étant pas aux prises avec une infestation vont à l’encontre de l’esprit du règlement adopté en 2014, lit-on dans les documents de la Ville. Ce règlement visait notamment à interdire tous les pesticides qui ne sont pas à faible impact à compter de 2017.

Un des problèmes venait de la définition du mot « infestation », qui laissait croire que l’ensemble de la ville était infestée.

Les produits en vente libre homologués pour traiter les vers blancs sont interdits parce qu’ils font partie de la famille des néonicotinoïdes et sont nocifs pour les abeilles. Le gouvernement du Québec pourrait adopter une mesure semblable en 2019 en interdisant ces produits pour le gazon.

Le seul pesticide admis n’est pas disponible en vente libre et doit être appliqué par un entrepreneur. Il s’agit d’un produit à base de chlorantraniliprole. Il est appliqué de manière préventive, avant ou peu après la ponte de l’insecte.

« Concrètement, ça veut dire que cet été, il y aura encore de l’épandage de pesticides très dangereux là où ce n’est pas nécessaire. Je pense aux enfants qui jouent dans l’herbe, aux animaux de compagnie, à la qualité de l’eau. C’est comme si on vendait de la chimiothérapie de façon préventive », a commenté Mme Beaudin, qualifiant le règlement de laxiste en raison de son entrée en vigueur le 1er octobre.

« Mme Beaudin, je vous remercie d’avoir été aussi alarmiste. Ce n’est pas du poison que nous allons étendre. Nous voulions offrir une période de transition. Les gens qui s’occupent de l’entretien des pelouses préparent leur saison à l’automne. Si les clients brisent le contrat, ils peuvent être dans le trouble. Je ne comprends pas le besoin d’être aussi drastique pour que le règlement soit en vigueur maintenant », a réagi Danielle Berthold, qui dispose elle-même d’un contrat d’épandage.

Claude Charron a voulu savoir s’il était possible que les entrepreneurs poursuivent la Ville si le règlement était adopté immédiatement. « Il faudrait voir comment les contrats sont libellés », a répondu la greffière Line Chabot.

Les élus ont finalement opté pour une période de grâce jusqu’au 1er octobre.

D’autres options

Par la suite, le traitement préventif toléré sera celui des nématodes, soit des agents de lutte biologique qui doivent être appliqués en août.

Un mécanisme de vérification sera mis en place pour assurer la présence d’infestation lors de la réception d’un avis d’application des pesticides pour le traitement de vers blancs. La patrouille verte fera aussi la promotion de la lutte intégrée aux vers blancs.

Pour lutter contre les vers blancs, il est recommandé de maintenir une hauteur de tonte de la pelouse à 8 cm et d’éviter de trop fertiliser. Dans le même sens, il est préférable d’éteindre les lumières et de réduire l’arrosage de la pelouse. Il est possible de réparer les dommages, d’utiliser des agents de lutte biologique et, dans un dernier recours, d’utiliser des pesticides qui sont exceptionnellement tolérés.

Les vers blancs proviennent de trois insectes : le hanneton commun, le scarabée japonais et le hanneton européen. Les larves causent des dommages aux pelouses en mangeant les racines, mais les trous observables au printemps sont causés par leurs prédateurs, comme les mouffettes et les oiseaux.