Véronique Vigneault, 37 ans, est la seule candidate à avoir fait part de son intérêt jusqu’à maintenant à représenter le PQ dans Richmond.

Véronique Vigneault sous la bannière du PQ dans Richmond

Véronique Vigneault ne pensait pas se lancer en politique avant une dizaine d’années, mais une conversation avec Jean-Martin Aussant l’a décidée à franchir le pas dès maintenant. Mme Vigneault sera donc candidate à l’investiture du Parti québécois dans la circonscription de Richmond en vue des élections provinciales du 1er octobre prochain.

« Je ne voulais pas aller en politique parce que mes enfants sont encore jeunes, mais en même temps c’est pour eux que je le fais, raconte la mère de trois enfants. On a perdu beaucoup au Québec au niveau de la justice sociale. Quel Québec est-ce que j’ai envie de leur léguer? Quand on n’est pas satisfait dans la vie, on a deux choix, rester assis ou se lancer dans l’arène. »

Véronique Vigneault, 37 ans, est la seule candidate à avoir fait part de son intérêt jusqu’à maintenant à représenter le PQ. L’investiture devrait se dérouler vers la fin du mois de juin.

Éducatrice spécialisée de formation, Mme Vigneault a travaillé pendant cinq ans sur le terrain, notamment comme travailleuse de rue. Elle a ensuite pris les rênes du programme Propulsion Jeunesse Desjardins qui œuvre en prévention du décrochage scolaire.

Véronique Vigneault a fondé et dirigé l’agence Social T, qui a assuré divers mandats comme la direction du Carnaval de Sherbrooke, la coordination de Sherbrooke Ville Amie des aînées (VADA) et la mise en œuvre de nombreuses campagnes de financement pour divers organismes à but non lucratif en Estrie.

Depuis 2017, Mme Vigneault est directrice de La Ruche Estrie, une plateforme de financement participatif. Elle a complété un BAC multidisciplinaire en administration et psychologie à l’Université de Sherbrooke. Elle fait présentement une maîtrise à l’école de politique appliquée de l’UdeS.

Le Parti québécois était un choix naturel pour elle.

« C’est le parti qui me ressemble, souligne-t-elle. Lorsqu’on regarde en 2018, on voit des Véronique Hivon, des Jean-Martin Aussant et des Guillaume Rousseau à Sherbrooke. On voit une nouvelle génération qui a le goût de faire de la politique différemment. Il faut s’intéresser à l’économie alternative. Il faut absolument protéger notre éducation et on voit que c’est loin d’être une priorité pour plusieurs autres partis. »

Mme Vigneault devra tout d’abord remporter l’investiture de son parti, mais si elle y arrive, elle se mesurera à de grosses pointures dans la circonscription. Annie Godbout se présente pour les libéraux, André Bachand pour la CAQ et Colombe Landry pour Québec Solidaire. Le siège de député de Richmond est laissé vacant par Karine Vallière qui a annoncé qu’elle ne briguera pas un autre mandat.

« Je comprends les réalités du secteur, résume-t-elle. J’ai vécu les côtés ruraux et urbains. J’ai eu la chance d’habiter à Saint-François-Xavier-de-Brompton durant les cinq dernières années, j’ai aussi habité à Deauville et j’ai été élevé dans le secteur Rock Forest. »