Un sondage de Commerce Sherbrooke démontre que contexte économique de la région est propice aux affaires.
Un sondage de Commerce Sherbrooke démontre que contexte économique de la région est propice aux affaires.

Vent d'optimisme dans le secteur des affaires

Un vent d’optimisme souffle actuellement sur la communauté d’affaires sherbrookoise, en dépit des enjeux liés à la main-d’œuvre et à la concurrence des géants du web. C’est du moins ce qu’expose un sondage réalisé par Commerce Sherbrooke en janvier auprès de détaillants et d’entreprises de service.

L’exercice mené par voie électronique démontre que contexte économique de la région de Sherbrooke semble propice aux bonnes affaires. Sur les 2700 entreprises et organismes sollicités pour le sondage, 274 ont répondu à l’appel et se sont prêtés au sondage.

Interrogés sur leur perception de la situation économique actuelle de Sherbrooke, 78 % des répondants considèrent celle-ci comme étant positive. Ce taux grimpe à 84 % lorsqu’on les questionne quant à leur perception de la situation économique à l’échelle provinciale.

Sur l’ensemble des entreprises affichant un optimisme quant à la situation économique sherbrookoise actuelle, 93 % se déclarent « plutôt positives » et 7 % « très positives ».

À la question « Globalement, comment se portent vos affaires en ce moment? », neuf entreprises sur dix affirment que leurs affaires à Sherbrooke se portent bien. De façon plus spécifique, près de la moitié des répondants a indiqué que le chiffre d’affaires de leur organisation a connu une croissance au cours de l’année 2019, tandis que pour 40 % d’entre eux, celui-ci est resté stable. Lit-on dans un communiqué de presse diffusé jeudi.

« Optimisme certain »

Interrogés sur les perspectives économiques de leurs entreprises pour l’année 2020, plus de 95 % des répondants croient que leur situation devrait se maintenir ou s’améliorer.

« Ce sondage invite à un optimiste certain. Il démontre néanmoins l’importance de mener des actions encore plus musclées afin de s’attaquer à la rareté de la main-d’œuvre. Aussi, des analyses supplémentaires seront nécessaires afin de valider si les entreprises sherbrookoises tirent pleinement profit du commerce en ligne », commente Charles-Olivier Mercier, directeur général de Commerce Sherbrooke et de Pro-Gestion Estrie.

« Nous sommes quasiment certains que des efforts additionnels doivent être déployés à cet égard, à la fois par les entreprises, mais également par Commerce Sherbrooke et Pro-gestion Estrie. »

Parce que des obstacles au développement des entreprises s’imposent. La pénurie de main-d’œuvre qui trône, sans surprise, au sommet des préoccupations pour 37 % des personnes sondées. Le secteur de la restauration semble d’ailleurs particulièrement préoccupé par cette problématique. Le taux de chômage à Sherbrooke, qui avoisine les 5 % au mois de janvier 2020, vient d’ailleurs accentuer le problème du recrutement chez les entreprises.

Commerce en ligne

Si la concurrence des géants du commerce en ligne a fait couler beaucoup d’encre cette année encore, seulement une entreprise sur trois (33 %) œuvrant dans le commerce de détail la perçoit comme un obstacle réel à la croissance du chiffre d’affaires, poursuit-on dans le communiqué de presse.

Par ailleurs, dans le secteur du commerce de détail, quatre commerçants sur dix affirment vendre des produits ou des services en ligne. Parmi ceux-ci, 35 % ont constaté une croissance de leurs ventes sur les plateformes web au cours de 2019.

Enfin, la saturation du marché sherbrookois constitue une préoccupation importante dans deux secteurs d’activité, soit le commerce de détail et la restauration.

Les répondants au sondage provenaient d’entreprises de toutes tailles et œuvraient dans différents secteurs d’activité, comme le commerce de détail, la restauration, l’hébergement, les services professionnels. Le segment du commerce de détail était le plus représenté, avec un peu plus du tiers des répondants.