L’équipe de bénévoles des Sentiers Saint-Élie déplore que des irréfléchis circulent en quad et en motocross dans les chemins piétonniers.
L’équipe de bénévoles des Sentiers Saint-Élie déplore que des irréfléchis circulent en quad et en motocross dans les chemins piétonniers.

Vandalisme dans les Sentiers St-Élie

Les bénévoles des Sentiers Saint-Élie voient leur travail d’aménagement détruit par des irréfléchis circulant en quad et en motocross dans les chemins piétonniers.

Ceux-ci en ont ras le bol de ces actes de vandalisme qui se répètent depuis des semaines.

On a remarqué que des feux de camp ont été allumés en cette période d’interdiction de feu à ciel ouvert, déplore Claude Charron, l’un des membres de l’organisation. 

« Le travail est fait à bras, avec des bénévoles. Ils sont choqués de voir que des jeunes en VTT et en motocross se promènent dans les sentiers et détruisent tout ce qui a été fait », lance-t-il, lors d’un entretien téléphonique avec La Tribune. 

« Les propriétaires des terrains où passent nos sentiers sont aussi fâchés de la situation. Nous réussissions à avertir ceux qui se déplacent dans nos sentiers en VTT ou en motocross, mais ils reviennent. On les entend la nuit. »

Les Sentiers Saint-Élie sont une petite organisation soutenue par un comité de citoyens et parrainée par le Centre communautaire Richard-Gingras. La mission est d’aménager un sentier pédestre et de raquettes pour relier les différents milieux du secteur Saint-Élie.

On a aménagé en quatre ans près de huit kilomètres de sentiers, qui vont du Centre communautaire et IGA de Saint-Élie.

L’accès aux sentiers est gratuit, mais on accepte les dons.

Des feux de camp ont été allumés dans les bois où sont aménagés les sentiers.

Investissements importants

L’aménagement, l’entretien et la signalisation commandent des investissements financiers importants. Une somme de 19 000 $ a été investie au cours des dernières années. Ce projet est réalisé en grande partie grâce à une aide financière provenant de l’arrondissement de Rock-Forest-Saint-Élie-Deauville. D’autres partenaires contribuent aussi à l’aspect financier, note-t-on.

Un appui financier auprès des citoyens est organisé autour du regroupement « Les amis des sentiers Saint-Élie ».

Les policiers ont été avertis, ajoute M. Charron. Le Club Quad Arc-en ciel est aussi sur les dents pour qu’on vienne à bout de ce désagréable phénomène. 

« Des propriétaires des terrains sur lesquels nos sentiers passent ont mis de grosses roches et des barrières pour empêcher les motos de circuler, mais ça continue », dit-il.

« Je ne suis pas certain que les parents de ces jeunes-là sont au courant qu’ils circulent dans nos sentiers… Ce ne sont pas des jeunes de 12 ans. C’est plus de 16 à 18 ans. »

Marie Brodeur, coordonnatrice des Sentiers Saint-Élie, estime à environ 125 le nombre de marcheurs par semaine. 

« Non seulement les marcheurs des sentiers sont incommodés par les motocross et les VTT, mais les propriétaires des terrains avoisinants aussi. C’est dangereux. Les gens qui marchent sont surpris de les voir arriver », s’insurge-t-elle.

« En plus, ça défait nos sentiers. Nous avons travaillé fort pour les aménager et pour qu’ils soient sécuritaires. C’est décourageant. »

Les sentiers se divisent en trois tronçons. On projette de développer le réseau au cours des prochaines années. 

L’équipe est toujours à la recherche de bénévoles motivés pour s’impliquer au sein du comité. On peut le faire par courriel à l’adresse les.sentiers.saintelie@gmail.com.