Contenu commandité
Valoris, un dossier troublant selon la vérificatrice générale
La Ville de Sherbrooke n’a pas de plan à long terme pour une bonne gestion de ses dépenses en immobilisation

La Ville manque de planification pour ses dépenses en immobilisation

La Ville de Sherbrooke n’a pas de plan à long terme pour une bonne gestion de ses dépenses en immobilisation. Dans le même sens, la Ville présente un sous-investissement de 19 M$ pour maintenir ses services au même niveau.

Voilà un autre constat de la vérificatrice générale Andrée Cossette, qui soulève que plusieurs projets financés par la Ville présentent des écarts importants entre ce qui était prévu et ce qui s’est concrétisé. Elle a notamment évalué huit projets pour lesquels les analyses préalables étaient insuffisantes, « ce qui a entraîné des modifications importantes ».

« La Ville ne s’est pas dotée d’un plan à long terme intégrant tous les volets d’une bonne gestion des dépenses en immobilisation, notamment l’évaluation de la capacité financière à long terme », rapporte Mme Cossette.


« Nous ne sommes pas à l’abri tant que la séparation de tâches adéquate n’est pas mise en place. C’est pour ça que je recommande de poursuivre le suivi des paiements en double. »
Andrée Cossette, vérificatrice générale de la Ville de Sherbrooke

« Ce que je recommande, c’est d’améliorer nos outils de communication pour voir dans quelle mesure les investissements répondent à la pérennité des infrastructures et aussi de voir si on fait ce qu’on dit qu’on ferait. Ce sont des indicateurs de gestion pour informer les élus. L’information présentée aux élus ne leur permet pas d’avoir un portrait global de l’état de situation et ne les informe pas de l’effet des investissements proposés. »

Parmi les investissements nécessaires, la vérificatrice générale souligne l’importance d’investir dans les actifs informatiques, notamment en faisant un clin d’œil à ses recommandations pour la STS, où certains logiciels de planification sont désuets.

Dans le même sens, les investissements en voirie permettent de maintenir le réseau tel qu’il était évalué en 2013, soit dans un état qualifié de passable.

Andrée Cossette a formulé 19 recommandations.

La plan triennal d’investissement 2019-2021 représente un investissement total de 373 M$.

Paiements en double

La vérificatrice générale a par ailleurs fait un suivi du dossier des factures payées en double. Elle soulève que 3163 transactions entre novembre 2015 et novembre 2018 s’apparentent à des paiements en double, soit 1,7 % des factures.

Andrée Cossette a investigué sur 122 dossiers. Ce sont 24 dossiers qui constituaient des paiements en double, parmi lesquels six n’avaient pas été identifiés auparavant. « C’est donc dire que 20 % de nos investigations constituent des paiements en double, dont 25 % représentaient de nouveaux cas. »

À la suite des mesures mises en place l’an dernier, la Ville avait récupéré 190 661 $ et avait intercepté des chèques pour une valeur de 50 537 $.

« Oui la Ville a engagé quelqu’un au Service des finances pour effectuer des vérifications, mais parallèlement on m’a mandatée pour voir l’état de la situation. On se rend compte qu’il y a encore des sommes à aller chercher à mon sens à moi.

« Nous ne sommes pas à l’abri tant que la séparation de tâches adéquate n’est pas mise en place. C’est pour ça que je recommande de poursuivre le suivi des paiements en double. Nous avons des fournisseurs qui ne produisent pas de factures, qui sont payés en fonction de bons produits à la Ville. Ce sont les fournisseurs qui devraient envoyer une facture à la Ville », cite-t-elle en exemple.

Sept recommandations ont été formulées.

Enfin, notons que 80 % des recommandations des rapports de 2011 à 2014 ont été appliquées ou sont en voie de l’être.