Valoris a conclut une entente avec l’entreprise de Montréal 3R Valorisation. Sur la photo de gauche à droite : François Thibault, directeur chez Valoris, Simon Bergeron, de 3R Valorisation, Denis Gélinas, directeur général de Valoris, Réjean Pellerin, de Valoris, et Lior Azerad, de 3R Valorisation.

Valoris triera 15 000 tonnes de résidus de matériaux à Bury

Plus de 15 000 tonnes métriques de matériaux CRD (construction, rénovation, démolition) non contaminées seront acheminées vers la ligne de tri CRD de Valoris lors des 20 prochaines semaines. Ce test pilote, en partenariat avec une filiale de l'entreprise 3R Valorisation de Montréal, permettra à Valoris de tester ses installations.

Ce test pilote permettra l’atteinte de deux objectifs selon les responsables du centre de tri multimatières de Bury. Le premier est de valider le fonctionnement opérationnel de la ligne de tri CRD en fonction du type et du tonnage des matériaux acheminés. La quantité actuelle de matériaux CRD envoyés vers Valoris ne permet pas à la ligne d’être en marche cinq jours sur cinq. Les 15 000 tonnes de matériaux d’ici le premier trimestre de 2020 obligeront la ligne à être en fonction en tout temps.

Le deuxième objectif est de valider les paramètres opérationnels et financiers d’une entente potentielle avec la firme 9404-7644 Québec Inc., entreprise filiale de 3R Valorisation de Montréal. Le projet-pilote, s’il est concluant, pourrait mener à une entente pour une durée variant entre 4 et 5 ans et pour un volume entre 90 000 et 100 000 tonnes par année, et cela dès le début 2020.

« C’est une belle nouvelle pour Valoris. Il a déjà plusieurs semaines que nous travaillons sur cette entente. Il s’agit d’une belle opportunité pour démontrer la valeur ajoutée de Valoris dans la valorisation des matières résiduelles. Ce test pilote nous aidera aussi à voir plus clair dans les différentes possibilités de relance pour Valoris », a indiqué avec fierté le directeur général intérimaire de Valoris, Denis Gélinas.

Pas d’enfouissement

Valoris assure qu’aucune matière ne sera enfouie à Bury dans le cadre de ce projet-pilote. Si 3R Valorisation amène un conteneur, la compagnie montréalaise repart avec 100 % des matériaux, même ceux qui seront destinés à l’enfouissement. 3R Valorisation redistribuera ensuite les matières triées à ses clients. Valoris ne s’occupe que du tri.

« La gestion des matériaux secs mixtes provenant de divers projets de construction, rénovation et démolition comporte son lot de défis. En ce moment, nous revalorisons 95 % de la matière et détournons celle-ci de l’enfouissement. Notre partenariat avec Valoris nous permettra d’être encore plus performants dans ce domaine », résume le représentant de 9404-7644 Québec Inc., Simon Bergeron.